The Straits – Trélazé@Festival Estival

Rating:

LIVE REPORT. Sur le papier, on pourrait s’y tromper, mais attention, The Straits ce n’est pas Dire Straits, pourtant dans le parc du Vissoir de Trélazé, beaucoup n’y ont vu que du feu….

The Straits
Trélazé, Festival Estival
01 sept.2012

LINEUP :

Alan Clark: Keyboards, backing vocals
Chris White: sax, percussions, backing vocals
Steve Ferrone: drums
Terence Reis: lead guitar, lead vocals
Mick Feat: bass
Jamie Squire: keyboard, backing vocals
Adam Phillips: rhythm guitar, backing vocals


REVIEW :

De mémoire d’angevin, jamais la région n’a connu une telle affluence pour un concert du Festival Estival de Trelazé. Le parc du Vissoir était noir de monde (15 000 selon les organisateurs), certaines personnes étaient venues assez tôt pour essayer d’avoir les meilleures places et pour cause ! Ce samedi soir un groupe de renommé international a fait le déplacement, un groupe qui a vendu plus de 120 millions de disques et écumé toutes les salles et tous les stades du monde entier, un groupe qui a pendant des dizaines d’années joué à guichets fermés… Mais le souci c’est que ce groupe n’était pas le groupe présent ce soir. Une bonne partie du public est tombé dans le panneau, non, Dire Straits n’est pas de retour, ce soir ça sera The Straits ! Quoi ??? Mais c’est quoi ça ?
The Straits est tout simplement ce qu’on peut appeler un Tribute band (groupe de reprises), cependant la particularité de ce groupe est qu’il est dirigé de mains de maître par le grand maestro Alan Clark, le fameux ex-clavieriste de Dire Straits (de 1980 à 1992) et le non moins talentueux Chris White, ex-saxophoniste de Dire Straits sur l’album Brothers In Arms (qui grandement aidé à la popularisation du titre « Your Lastest Trick »), moult autres participations lives (Live AID) et surtout la tournée de On Every Street et son album live On the Night. Ces deux « ex » se sont appuyés sur des musiciens de renommés internationales pour refaire vivre le son de Dire Straits, mais il fallait une voix et surtout une guitare, dur dur de remplacer Mark Knopfler (le son et la voix de Dire Straits comme on peut le lire sur toutes les affiches de concerts depuis le lancement de sa carrière solo en 1996). Ils ont choisi Terence Reis, qui sur le papier dispose d’une technique main gauche/main droite se rapprochant du style inimitable de Mark Knopfler. Sur le papier seulement…

Arrivé 2h avant le concert, je suis étonné de voir BEAUCOUP de monde déjà en place, à croire qu’un samedi il n’y avait que ça à faire dans les alentours d’Angers (je pense que oui). Des familles étaient venus avec leurs tables et chaises pliantes, leurs glacières… ambiance camping assurée ! Tout était là, il ne manquait plus que l’élection de Miss Trélazé !

Bref, gentiment comme toujours je me positionne à quelques mètres de la scène, côté gauche pour avoir une bonne vision d’Alan, Chris et Terence.

Le concert commence par un mot de l’organisateur, intéressant de savoir qu’un festival comme celui là attire plus de 60 000 festivaliers par an et est entièrement gratuit et financé par les sponsors. Très belle initiative de la mairie et des collectivités locales.

Tout de suite on rentre dans le vif du sujet avec Private Investigations (drôle de morceau pour débuter un concert), mais dès le deuxième et le tube planétaire Walk Of Life, le ton était donné !

Ce fut une avalanche de tubes, un Best of Live de Dire Straits.

Cependant, ce n’était pas Dire Straits. Certes, l’énergie était là (voire même de trop), mais techniquement on était assez loin de l’original. Et pire encore, j’ai noté des problème de tempo entre la batterie, le clavier et la guitare : impardonnable.

Terence Reis ne nous a pas dupé, le son de Mark Knopfler n’est pas au bout de ses doigts. Pourquoi s’obstiner à le singer ? Certains cover band sans prétention (Brothers in Band, Rockaway, Dire Strats) n’en font pas des caisses et pourtant ils ont LE son et une réelle complicité sur scène. Là, il y avait comme un sentiment d’inachevé, pire encore, un sentiment un peu pathétique.

Je noterai quand même quelques points positifs :
Chris White : Parfait du début à la fin. Un gentleman puissance 10. Quelle classe, quelle joie de le voir se dandiner sur scène, de le voir sourire, de pointer du doigt tel(le) ou tel(le) fan et de s’en amuser. Quel son ! Dès les première mesure de Your Latest Trick, on replonge tout de suite dans la tournée On Every Street…
Alan Clark : Chef d’orchestre, c’est lui qui mène le bal.
L’orchestration de Protobello Belle. Voilà ce qu’ils auraient du faire sur quasi tous les morceaux : les réorchestrer ! Cette version revisitée est superbe, Jamie Squire au chant emporte le morceau. J’en redemande !
Le plaisir de réécouter Live des titres qu’on ne pourra plus réentendre par son interprète d’origine : Mark Knopfler. En effet, MK délaisse de plus en plus les titres de DS pour ne faire que ceux de ses albums solos. Dommage.

Quelques Tweets d’avant et après le concert :

 
SETLIST :

1. Private Investigations
2. Walk Of Life
3. Telegraph Road
4. Romeo & Juliet
5. Tunnel Of Love
6. Your Latest Trick
7. Two Young Lovers
8. Brothers In Arms
9. Sultans Of Swing

Encore:
10. Money For Nothing
11. Portobello Belle

 

Réseaux sociaux et web :
The Straits Facebook page fans
The Straits Twitter
Alan Clark website 

 

PHOTOS :


VIDEOS :
The Straits – Your Latest Trick (Trelazé, 01.09.2012)


The Straits – Protobello Belle (Trelazé, 01.09.2012)

A lire aussi:

Posted under: Live reports

Tagged as: , , , , , ,

Share this:

One comment

  • Noumayos on 12 mai 2013 at 10:45 said:

    ksssss
    non, decidement, impossible pour moi, mon oreille est trop formatée par l’original… et on en est loin, j’irais pas les voir à orange… je prefere rester avec mes souvenirs… et ce que fait mark en solo…

Laisser un commentaire

  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube