Mark Knopfler@Anvers : Quand ça veut pas, ça veut pas !

25.05.2013 : Mark Knopfler in Antwerpen @Sportpaleis

On y est ! ©IWT

Unique date en Belgique, pas de Bruxelles au programme, ne boudons quand même pas notre plaisir.
Les hard fans se souviendront du concert du 25 avril 2005, quel show !!! Arnaud y était pour l’immortaliser sur bandes.
Je ne pouvais pas faire autrement, il fallait y aller avec Arnaud, mon fidèle complice… Après un déj italien des plus raffinés (encore merci Jennifer, la reine pour les anniversaires. Vous avez vu ça rime, c’est la frime ;-)) une redbull, un slip propre et c’est parti pour 3h30 d’autoroute to Antwerpen (Anvers en français dans le texte).

Speedway to Anterpen ©IWT

Antwerpen, Sportpaleis ©IWT

Les abords de la salle :
Ce qui interpelle aux abords de la salle c’est cet immense chapiteau bleu, toute la grande famille du cirque sera là ce soir ! En espérant que notre clown Auguste lâche un peu plus les lions…

Ne pas confondre le Sportpaleis et le Lotta Arena, juste à côté et plus petit (« que » 8 000 places). Le Sportpaleis peut contenir plus de 18 000 personnes en configuration assis/debout et environ 12 000 tous assis. Tous assis enfin presque…. Cette salle a la particularité d’avoir à chaque niveau de gradins des couloirs circulaires où le spectateur est debout et peut se déplacer d’un côté à l’autre du Palais des Sports sans déranger personne. Pratique pour les autochtones adeptes de la Jupiler à répétition (bière locale).

Comme à chaque fois, un petit tour aux abords de la salle… On croise notre première tête connue : Isaac.  Nous l’avions aperçu mais pas salué à Bucarest. On discute quelques minutes de son organisation (de sa fatigue aussi), de la tournée, de son ressenti, etc… Toujours intéressant de partager avec ce grand dingue. Pour rappel ce Canadien de Vancouver se fait les 70 concerts de cette tournée (après avoir fait les 50 concerts US de 2008, tous les concerts US et EU de 2010 et quelques concerts de la mini tournée US de Knopfler/Dylan en 2011). Il est également le virus souche de la Knopflerite aiguë. Aucun traitement à ce jour.

Tiens des affiches du concert de ce soir… trop tentant… allez séances pauses beaux gosses (ou golios) :-)

Oui c'est pathétique et on assume ! ©IWT

Oui c’est pathétique et on assume ! ©IWT

Soundcheck :
On continue notre petit tour du propriétaire… en longeant l’édifice on entend un musique qui ne nous est pas indifférente : Kingdom Of Gold. C’est le Soundcheck ! YESSS.

Malheureusement nous n’avons entendu que ce titre (et en entier). Version plus longue que pendant les concerts, MK se libère un peu plus. Pourquoi ne reproduit-il pas la même chose chaque soir ?
Ce qu’il joue en soundcheck n’est pas souvent ce qu’il va jouer le soir même (cf. Silvertown Blues en 2001).

La petite pause s’impose :
Aimant nous imprégner de la culture locale, on se devait de goûter aux meilleurs mets que cette ville pouvait nous offrir. x2 barquettes de frites sauce samouraï et x2 Jupiler pour tout le monde ! Sur fond de musique et video (excusé du peu) de Knopfler au Hurlingham Club de Londres (11 septembre 2009).

Arnaud a toujours la frite ©IWT

Arnaud a toujours la frite ©IWT

 

You and your friend :
Après avoir vu Isaac, on croise des têtes connues sur les forums et concerts de Mark depuis 2001 (autant que je me souvienne). Ingrid en train de finir sa clope avant de rentrer dans la salle (Ingrid, la cigarette c’est mal !)… une analyse différente d’Isaac… le côté féminin sûrement ;-)
Ravi de revoir mon copain Waldo et sa femme Nöella que je n’avais pas vu depuis 2010 de mémoire (peut-être même 2008). Romain est là, désolé Romain mais faut que j’en parle…. ce look de cheminot des années 30, faut faire quelque chose. Je sais que t’as une admiration pour la SNCF mais là NON.  Pour la petite histoire Romain n’arrête pas de me dire que je suis trop dur avec MK, que ce qu’il fait est vraiment très bien, qu’il est content de sa « nouvelle » direction, de son jeu, blablabla… nous verrons ce qu’il en pense à la fin du concert…. ;-)

Dans le chaudron :
On entre dans la salle : Aucune fouille ! Sauf pour Romain qui va direct à la consigne. Romain, c’est vraiment pas ton soir ! Quand ça veut pas, ça veut pas :-(

Je croise Pottel cherchant la bonne porte pour prendre sa place…. on échange quelques mots sur ses derniers concerts, son analyse est différente d’Ingrid, Isaac ou Romain, comme quoi la musique est très subjective.

Tiens, y’a un Tour program ! Il n’était pas présent à Bucarest (ou j’ai mal vu). Beaucoup de textes, des photos promos et Live (issues de la mini tournée avec Dylan) et un peu de pub (pleine page pour Range Rover et D’addario). Le merchandising semble plus étoffé. Ils ont fait le plein.
Les 500 lithos ne sont pas encore parties, mais y’en aura pas pour tout le monde…

Oui, il sait lire... d'un autre côté il n'y a que des images ©IWT

Oui, il sait lire… d’un autre côté il n’y a que des images ©IWT

 

Sur chaque siège les flyers des clés usb en Livre :-) (vous pouvez suivre l’analyse de l’ensemble des concerts sur clés ici) sont disposés un siège sur deux… encore un petit collector, dans chaque pays, un flyer dans la langue locale.

Tour Program et Flyers ©IWT

Tour Program et Flyers ©IWT

On est loin, très loin, sans écran géant, il va falloir sortir les jumelles. Nous sommes trop loin pour distinguer les jeux de regards entre les musiciens. Mais j’ai mon téléobjectif…. qui n’aura pas fait long feu…. (cf. explication plus bas).

On se retrouve entre des Flamands et des Wallons (une guerre va-t-elle éclater ?).
Difficile de donner l’âge moyen de l’auditoire mais je peux donner un indice : Les cheveux blancs prédominent (j’en fais parti).
Une dame derrière nous tricote… c’est sa belle fille qui va être contente d’avoir pour ses étrennes un beau pull à grosses mailles jaunes (la dernière tendance d’Anvers).

Il nous reste quelques minutes, j’en profite pour faire quelques photos du devant de la salle, je vois que les premiers rangs sont remplis de têtes connues des tournées précédentes (Martina, Jeroen, Philipp, Dennis…). Pas le temps de discuter, vite vite tout le monde à sa place ça va commencer…

Le Sportpaleis d'Anvers ©IWT

Le Sportpaleis d’Anvers ©IWT

La salle se remplit au dernier moment, 12 000 personnes prennent place dans un silence de cathédrale. La musique d’avant concert est…. absente. Guy, tu peux nous brancher ton ipod ? Vous avez déjà vu un repas de mariage sans musique ? Si personne nous met un fond sonore, je fais aller à la console pour plugger mon smartphone et mettre C’est La Fête Au Village enchaîné avec Merguez Party, je vais vous le faire bouger ce chapiteau !

Si on doit compter que sur MK et son band pour mettre l’ambiance dans cette salle des sports, on risque d’attendre longtemps… mais sait-on jamais le bougre nous a déjà positivement surpris par le passé.

Ô miracle, il est 20h30 et on entend 44 d’Howlin Wolf suivi du non moins célèbre Feelin’ Good de Junior Parker & the Blue Flames qui se fond au refrain avec l’annonce du manager de Mark…

 

Le concert commence à 20h35, pas de 1ère partie. Comme à l’accoutumé  Paul Crockford prend le micro pour son moment de gloire : « Ladies and gentlemen, please welcome back to Antwerpen, Mark Knopfler« .

paul ©IWT

Paul Crockford ©IWT

 

SETLIST :

01. What It Is
02. Corned Beef City
03. Privateering
04. Father And Son
05. Hill Farmer’s Blues
06. I Dug Up A Diamond (video plus bas)
07. I Used To Could
08. Romeo And Juliet
09. Sultans Of Swing
10. Gator Blood
11. Haul Away
12. Postcards From Paraguay
13. Marbletown
14. Telegraph Road

Rappel 1 : 
15. So Far Away

Rappel 2 : 
16. Piper To The End

 

LE GROUPE :

Mark Knopfler (Guitare / Voix)
Guy Fletcher (Keyboards / Guitare / Voix)
Richard Bennett (Guitare)
Glenn Worf (Bass)
Ian Thomas (Batterie)
Jim Cox (Piano / Orgue / Accordéon)
John McCusker (Violon / Cithare / Flûte)
Michael McGoldrick (Flûte / Cornemuse)

 

Comme à chaque fois depuis le début du Privateering Tour, on a droit à What It Is pour débuter ce concert. Pas grand chose à dire sur ce titre qui manque toujours autant de patate sur cette tournée. La seule anecdote et qu’il y a eu un souci sur les lights durant les premières secondes. En effet, c’est assez étrange de « les voir » jouer dans le noir. Quand les lumières sont revenus, ils se sont bien marrés : « T’as vu comment j’ai joué ? Non ? Moi non plu ».

Le son est assez bon pour ce type de salle, le petit hic, où on était placé, on avait un retour du son, notamment sur les cymbales, c’était pas top. Si on faisait abstraction à ce petit problème, le reste était plutôt équilibré. Chose assez rare, il y avait 2 tables de mixage. Sans vouloir m’avancer, je pense qu’il y en avait une pour le son et l’autre pour les lights.

Table de mixage ©IWT

Table de mixage ©IWT

Sur la photo, on voit très clairement la structure au-dessus de la scène, entièrement programmable.

Father and Son était plus propre, la transition avec Hill Farmer’s Blues se fait moins dans la douleur et pour une fois Richard n’a pas merdé sur ces quelques arpèges ;-)
Ca n’a pas été le cas de Mark sur le solo final. Manque d’inspiration total, y’a plus l’envie, plus l’émotion. Sur les dernières mesures le groupe relance la machine, Mark n’a qu’à suivre en accélérant ses plans et monter dans les aigües, mais non, il repart dans les basses, dans la facilité. Le public ne suit pas. Pfff, quelle déception.

La grosse « pseudo » surprise devait être I Dug Up A Diamond. « Pseudo » car la surprise a été faite la veille à Bremen. A Anvers, dès qu’il a commencé les premières notes, on savait à quoi s’attendre.
La version de ce soir a été plus propre mais on est très loin de son niveau en 2006 où ce titre était un incontournable de la tournée avec Emmylou Harris. Plus de solo final à 2 guitares. Richard cantonné à rester sur sa chaise et se taper ses 2 accords en Sim et LA sur sa Telecaster (qu’on n’entend pas). Que c’est triste. Encore une « surprise » sur le papier qui se transforme en énorme déception… tout comme la tournée.

VIDEO : I Dug Up A Diamond (Antwerpen, 2013.05.12)

Je ne commenterai pas Romeo & Juliet. Je l’a supporte plus. Je ne veux pas donner de lards aux cochons. Je sais c’est dur mais c’est juste.

I Used To Could fut le tournant du concert (pour moi en tous cas et vous indirectement). Je filmai tranquillement sans gêner personne (je sais me fondre dans la masse). Un gars de la sécu commence à zioter dans ma direction, il me voit, je le vois, il me fixe, je le fixe (en souriant car je suis bien élevé) et là, il comprend que le cam+le trépied ça fait beaucoup…. il me fait signe gentiment de tout arrêter, chose que je fais sans sourciller. L’histoire aurait pu s’arrêter là….
Mais c’est sans compter sur un « local » disons un peu extrême…
Je laisse passer 1 chanson, toujours pas de gars de la sécu à l’horizon, je ressors mon barda. Et là, une petit tape sur l’épaule, un gars positionné à plus de 3mètres commence à m’insulter en Wallon (ou Flamand), pour après le faire en anglais…. oui moi aussi je peux parler dans des langues que tu ne connais pas, je viens du 94 Monsieur :-)
En gros pour résumé : Pose ça tout de suite, ça t’a pas suffit tout à l’heure, blablabla, je vous passe les détails mais la politesse et la bienséance ne sont pas ses qualités premières.
Je m’exécute. Quelques minutes plus tard, j’entends des échanges entre le couple de belges (francophones) et ce gars… les échanges commencent à être plus châtiés j’entends même quelques fautes de syntaxe :-) En gros, ce charmant jeune homme voulant faire respecter la loi dans son bac à sable était quelque peu extrémiste dans ses propos et dans ses choix politiques…. tout le monde à compris, je ne vais pas m’éterniser sur le sujet.
Au final, que 35min de film mais vu la prestation de l’ensemble, c’est pas bien grave. On n’a pas raté le concert du siècle.
Revenons à notre report…

Mark Knopfler Anvers 2013Si dans l’ensemble Sultans of Swing était plutôt correct et entraînant (le public s’est réveillé), y’avait pas non plus de quoi pogoter :-)
Le premier solo est bien passé, le 2nd a été plus compliqué, si dans la 1ère partie il était bien inspiré, la 2nd fut plus hésitante et manquait de spontanéité.

Mark Knopfler Anvers 2013Gator Blood. Tiens ça faisait longtemps que je n’avais pas saigner des oreilles :-)
White Strat bien trop forte. Merci Mark, j’ai donné 120€ à mon ORL ! La sécu ne te remercie pas.

Postcards From Paraguay. Un titre qui invite au voyage, enfin un voyage sur la ligne 4 du métro Parisien et s’arrête à Châtelet pour écouter des reprises de El Condor Pasa, Che Guevara ou encore le classique Song Of Ocarina. Mark, c’est quand tu veux, ta place est toute trouvée :-)
Ce titre est assez sympa en live, j’aime bien, c’est mon coté Machu Picchu.
En revanche, sa strat m’a explosé les quelques dixième d’audition que j’avais encore de Gator Blood. Allez, un RDV de plus chez mon ORL.

Marbletown. LE moment de la soirée. Merci Mark, j’ai pu me reposer quelques minutes. Donc je ne vais pas pouvoir vous en dire plus car…. je dormais. mais en regardant ma montre, le temps fut long sur cette chanson. Je serai curieux de savoir combien elle a durée, 35-40min ? :-)
J’ai pouvais plus… TROP long, TROP chiant.Mark Knopfler Anvers 2013

Comme il a zappé Speedway At Nazareth (c’était sûrement pour punir quelqu’un), on passe directement à Telegraph Road. Là aussi c’est long et comme tout le monde, on attend le solo final pour que ça bouge un peu…. j’attends toujours.
Même constat que I Dug Up A Diamond ou Hill Farmer’s Blues. On l’a perdu. La magie n’opère plus. Sa créativité, son sens inné de l’improvisation et son don pour faire sonner mélodieusement toutes ses notes n’étaient pas au RDV. Encore une fois AUCUNE prise de risque. Et le morceau n’a jamais décollé comme il aurait dû le faire, comme il le fait depuis 83…
Ne parlons même pas des lights qui sur les tournées précédentes suivaient le rythme endiablé du solo, là, on a eu droit à des éclairages dignes de la fête à neuneu en Roumanie.

C’est déjà l’heure du rappel. Et pour terminer une soirée très moyenne, il tape fort =>So Far AwayYoupi :-(
Et le public ne nous aide pas, il est debout, tape des mains, etc….
A la fin Mark ramasse une rose qu’un/une fan lui a adressé. J’espère pour lui que c’est UNE fan :-)

4min plus tard le groupe sort de scène, ça sent la fin. Et non, ils reviennent…. et c’est le superbe Piper To The End qui a l’honneur de fermer le bal. Un piper bien mou et ralenti (à confirmer). J’adore cette chanson mais là, j’ai pas eu l’étincelle.

Au final, une setlist identique à Bremen la veille (11.05.2013). Allez Marko, il va falloir te bouger un peu plus pour les prochains

Mark Knopfler Anvers 2013 

Après le concert :
On file direct, on a de la route… Romain me tél (vous vous souvenez de Romain qui me trouvait trop dur dans mes propos et dans mon analyse…) et là, c’est le drame (musique de la marche funèbre) ! Qui c’est qui avait raison ?
Au bout du fil j’ai un tout autre Romain….beaucoup moins enjoué. Pour le coup, je pense que Romain aurait pu cosigner ce papier :-)

 

MON COUP DE GUEULE : 
On prend les mêmes et on recommence. Les jours se suivent et se ressemblent. Si on est sur une prestation meilleure qu’à Bucarest, ça reste quand même du sous MK. Il nous a habitué à BEAUCOUP mieux.

 

Pour conclure ce papier (encore un peu trop long) et finir sur un bon mot, je paraphrasera mon ami David P. (webmaster de local-hero.org), C’est la tournée Baille baille.

 

PHOTOS : Galerie (Antwerpen, 2013.05.12)

 

 

 

…Prochain report de cette tournée le 15 mai prochain pour le concert au Luxembourg (@Rockhal)…

 

LIENS UTILES : 
Local-hero.org : La bible pour tout Knopfler maniac qui se respecte. The must have !

Le Blog d’Isaac : Atteint de Knopflerite très aigue depuis quelques années. Isaac suit MK sur TOUTES ses dates de concerts. Un blog à suivre, à vivre .

Le Diary de Guy : Suivez les « à côté ». Peu d’infos croustilantes mais c’set toujours sympa de savoir ce qu’ils bouffent après chaque concert :-)

Le blog de Richard : Sympa mais il va falloir qu’on se cotise pour lui acheter un appareil photo numérique…

A lire aussi:

Posted under: Live reports

Tagged as: , , ,

Share this:

10 comments

  • lecleire jean-marc on 16 mai 2013 at 12:33 said:

    C’est bizarre ce que tu dis sur Postcards from Paraguay. Pour ma part j’étais à 5 mètres de Mark, au 3è rang au centre. Le son a été excellent durant tout le concert SAUF pour deux morceaux où on n’a presque plus entendu la guitare : Postcards et Father & Son. Sans doute un pb avec les amplis placés sur scène directement face aux premiers rangs. Apparemment depuis la salle le son était différent. Et sur Gator Blood, le son était plus fort mais tout à fait supportable. En fait, vaut mieux être devant, on se fait moins exploser les oreilles !

    J’espère que le concert du Luxembourg était meilleur. En revanche j’ai l’impression que s’il y avait un concert à ne pas rater, c’était celui de Amsterdam avec Ruth Moody qui a rajouté un peu de chaleur à quelques titres.

    • Elian on 16 mai 2013 at 2:53 said:

      Le concert au Lux était vraiment mieux, en revanche j’étais devant et le son était très (trop) fort. L’avantage d’être en retrait est d’entendre tous les instruments, là, jim ou Guy c’était assez limite. Le ressenti pour chaque concert est différent suivant où l’on se place…
      Pour AMsterdam, c’est marrant j’ai pas eu les mêmes retours…. Cette tournée fait beaucoup parler…

  • Bruno on 17 mai 2013 at 1:39 said:

    Excellent ton article ! Toujours ce style inimitable, tout dans le tact et la délicatesse. Bon, on m’a donné le lien en proposant d’utiliser google pour la traduction. Pas sûr que Google en saisisse toutes les nuances …
    Franchement ça fait plaisir de lire de vrais commentaires. Le client est roi.
    En tout cas, ça donne la pêche ! J’ai pas un concert à me mettre sous la dent avant le mois de juin :-( , je lis ton article, ça remonte le moral et ça motive pour se rajouter des dates !
    Sûrement à bientôt au hasard de la tournée !

  • JMP on 9 juin 2013 at 10:28 said:

    Mais que va donc tu faire à ses concerts si tu ne peux plus rien souffrir de lui? Masochisme ou tentative de demoralisation des autres fans. Bref une critique acerbe, qui n’apporte rien aux inconditionnels et non conciliante pour ce surdoué du Rock qu’est Knopfler, en fait il doit ressentir peut être cette espèce de désamour et te le rend bien. Moi je dis que lorsqu’on a tant à critique d’un artiste qui tient le haut de l’affiche durant tant d’années, le moindre respect pour lui est de savoir évoluer aussi dans la critique avec les années et comprendre que le Knopfler de 2013 n’est plus et ne sera plus le Mark de 1988, 93, 98 etc….

    • Elian on 9 juin 2013 at 10:44 said:

      Je crois que tu as mal lu mon compte-rendu… ou tu as tout pris au 1er degré.
      Je ne suis pas dans la négation tout le temps au contraire (cf. concerts au Luxembourg ou Londres). Ca n’empêche pas d’analyser le phénomène, non ? C’est un oeil subjectif. Si tu ne le partages pas c’est ton droit. Soyons ouvert à la critique !
      J’aime Knopfler par dessus tout autre artiste, sinon je ne le suivrai pas autant et pas avec la même passion.
      Si tu étais à Anvers, je serai intéressé par lire ton analyse…

  • Michael Pas le Jeudi on 2 juillet 2013 at 2:42 said:

    bon bah il faut croire qu’il préfère le public français au public belges ( wallon ou flamand ;) ) pour l’avoir vu hier a Dijon …4 eme fois que je le vois et c’était pour moi sa meilleure prestation !!!

  • Michael Pas le Jeudi on 11 juillet 2013 at 9:34 said:

    bon ok je ne suis peut être pas très objectif je veux bien l’admettre ^^ vu deux fois a Bercy dont la dernier avec Dylan …no comment sur ce dernier….et une fois a Lyon en 2001….la j’ai trouvé celui ci plus intimiste et plus chaleureux…..kingdom of gold m’a littéralement retourné !!!en tout bravo pour ton super boulot et merci de nous faire partager tes impressions :)

    • Elian on 11 juillet 2013 at 7:40 said:

      Merci Michael. Les reports des concerts français arrivent (le temps que je récupère les données sur mes disques :-()
      Y’a du meilleur, Anvers n’était pas un bon soir… ça arrive…

Laisser un commentaire

  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube