Graham Parker @ New Morning : Légende bien vivante

De retour à Paris après 20 ans d’absence, Graham Parker s’est présenté seul sur la scène du New Morning mardi soir. Armé de ses guitares et de son harmonica, ce cousin britannique de Bob Dylan et Bruce Springsteen a donné un concert mémorable.

Graham Parke

Les lunettes de soleil lui cachent la moitié du visage. Le t-shirt noir est trop large. Le pantalon trop long. Le costume de scène est visiblement trop grand pour Graham Parker. Tout un symbole pour un type passé à côté de la grande carrière qui lui était promise.

«Vous êtes un public intelligent ce soir, vous êtes venus me voir».

Humour britannique. Derrière quelques répliques un brin prétentieuses, se cache une punk star repentie. Un rockeur passé à côté de sa carrière. Un Sugar Man sauce british.

A 63 ans, l’ancien « jeune homme en colère », surnom donné par la presse anglaise à ce working class hero (et partagé à l’époque avec Elvis Costello et Joe Jackson), a pourtant de beaux restes.

Lien évident entre pub et punk rock de la fin des 70’s, Graham Parker (le plus souvent accompagné de son “backing band” The Rumour), a balancé son soul-rock blanc hargneux jusqu’à la fin des 80’s.

Malgré des albums devenus des classiques (Howlin Wind, Stick To Me…), un ou deux tubes (Hey Lord, Don’t Ask Me Questions) et même quelques tournées mondiales, Parker a connu la traversée du désert, avant de revenir, en grande forme, depuis une dizaine d’années. Point d’orgue de sa résurrection, une apparition remarquée au cinéma, dans son propre rôle, dans le dernier Judd Apatow This is 40.

On va pas se mentir, avant son cameo chez le pape de l’humour US, Graham Parker, on ne connaissait pas.

Mais quelle découverte !

Ce mardi au New Morning, Parker s’est présenté seul sur scène. Alternant guitare acoustique/harmonica et guitare électrique devant une petite centaine d’initiés.

Watch The Moon Come Down – Graham Parker – New Morning

Généreux et bavard, Parker, storyteller hors pair, présente chaque morceau, enchaîne les vieilles compositions, hargneuses, cyniques, et les plus récentes empreintes de nostalgie, de mélancolie. Ça vieillit bien un rockeur.

La voix intacte. Le timbre 100% britannique. Quelque part entre Van Morrison et Elvis Costello. Les textes ancrés dans le réel, entre Dylan et Springsteen. Les références ne sont pas usurpées.

Silly Thing – Graham Parker – New Morning

«Je viens des bas-fonds. L’école chez nous c’était rien de plus que des travaux pratiques, une préparation pour travailler à l’usine », lance le natif de Londres.

Il nous parle de son dernier album sorti en 2012. « C’est un bon album, achetez-le« . Quand Parker sort sa Pinkie électrique, custom made par un luthier d’Illinois, pour la deuxième partie du show, il joue encore les marchands.

«Je touche 400 $ par guitare vendue ! Achetez-en deux ou trois pour Noël.»

White Honey – Graham Parker – New Morning

Il nous parle du vide musical des années 80 :

«Même le grand Bruce s’est mis à danser comme ça», plaisante Parker, singeant le Boss joli-cœur du clip de Dancing in the Dark.

Eric Naulleau

Eric Naulleau sur la scène du New Morning, aux côtés de son idole, Graham Parker

Après un 1h30 de show et un rappel efficace, Parker invite Eric Naulleau sur scène. Son éditeur et plus grand fan français. A Graham Parker ce qu’Antoine De Caunes est à Bruce Springsteen. Naulleau remercie le public d’être venu si nombreux. Lui explique la chorégraphie du dernier morceau («Le plus grand morceau de rock jamais écrit»). Bras droit levé vers le ciel sur le refrain de Hey Lord, Don’t Ask Me Questions. Finale en beauté.

Malgré les réclamations du public le gringalet britannique ne sortira plus de sa loge. 1h40 et c’est fini.

Une révélation comme on n’en fait plus.

Hold back the night – Graham Parker – New Morning

Galerie photos du concert de Graham Parker au New Morning

A lire aussi:

Posted under: Live reports

Tagged as:

Share this:

4 comments

    • David on 2 décembre 2013 at 11:18 said:

      Adoubé par le maître. Merci Eric. Vous avez égayé notre journée.

      Nous restons à votre disposition pour toutes demandes de bisous bien sûr.

  • Philippe on 28 janvier 2014 at 9:19 said:

    Eric,c’est grace à vous La cigale en juin avec les Rumours? J’y ai pensé pendant tout le concert mon voeux s’est réalisé.
    A bientöt donc.
    Merci pour les photos et les vidéos
    Philippe

Laisser un commentaire

  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube