Ugly Kid Joe & Skid Row @ Le Forum de Vauréal

C’est un véritable voyage dans le temps que nous a proposé le Forum de Vauréal samedi soir avec les prestations de Skid Row et Ugly Kid Joe. Deux groupes incontournables de la scène rock du début des années 90.

Il règne toujours cet air de nostalgie au Forum de Vauréal. Après Steven Adler en 2011 et Ugly Kid Joe – déjà – en juin 2012, nous étions de retour samedi dans la plus métal des salles de la banlieue parisienne pour notre dose annuelle de rock vintage.

Une salle que nous ne sommes pas près d’oublier puisqu’elle a accueilli à cette occasion la première interview d’IWT. Un entretien en tête à tête avec le sympathique Klaus Eichstadt, guitariste fondateur d’UKJ – à découvrir bientôt.

DEAD CITY RUINS

Dead City Ruins, Vauréal

Ici, même les jeunes sonnent vieux. C’était le cas des Australiens de Dead City Ruins en ouverture. Des headbangers (très) chevelus, emmenés par un chanteur/screamer au regard fou. On frôle la parodie mais ça rend bien. 30 minutes de heavy-métal comme on en faisait au tournant des années 80/90. Les gars auraient facilement fait la une de Kerrang Magazine à l’époque.

Autoproduits, automanagés et autoenregistrés, les compatriotes d’ACDC, auto rangeront également leur matériel à l’issue du show. Rapidement car les vétérans de Skid Row s’apprêtent à débarquer.

SKID ROW

Skid Row, Le Forum, VauréalEux ont fait les Unes de tous les canards spécialisés de l’époque. Tombé aux oubliettes du hard rock depuis le départ de Sebastian Bach, chanteur et emblématique leader, le Skid Row cuvée 2013 n’a plus grand chose à voir avec le groupe qui avait enflammé l’Elysée Montmartre en 1995 et ouvert pour Guns n’ Roses en 1991/1992.

Le son est brouillon. Il faut parfois attendre le refrain pour reconnaître le morceau (non, nous ne sommes pourtant pas à un concert de Bob Dylan) et prêter l’oreille pour entendre la voix de leur Texan de chanteur, Johnny Salinger, clairement un ton en dessous des musiciens.

Mais il faut reconnaître qu’on éprouve un certain plaisir à revoir des visages qui ont tapissé nos chambres d’ados.

Dave The Snake Sabo & Scotti HillDave « The Snake » Sabo, guitariste, bedaine apparente, sourire généreux. Scotti Hill, drôle de personnage, croisé avec lunettes rondes et bonnet vissé sur la tête backstage, transformé en bête de scène quelques heures plus tard. Bleu de travail, fond de teint et eye liner. Quelque part entre Ozzy Ozbourne et Iggy Pop. Le lead guitar de Skid Row a pris un sacré coup de vieux. Rachel Bolan lui n’a pris une ride. Cheveux courts, slim archi slim et son inimitable chaîne reliant sa narine à son oreille gauche. Le bassiste assurera l’un des meilleurs moments du show avec sa reprise des Ramones PSYCHO THERAPY.

La set list alterne classiques et nouveautés. Malgré les efforts du frontman pour présenter le « new material », les hardos du New Jersey ne recueillent évidemment pas les faveurs du public, qui ne boude pas son plaisir sur MONKEY BUSINESS ou YOUTH GONE WILD, classiques aux riffs imparables. Les ballades signatures du groupe (I REMEMBER YOU et 18 AND LIFE) fonctionnent également plutôt bien même si Sallinger n’est pas Sebastian Bach.

P1030571Aussi bavard qu’incohérent – le Texan clôt chacune de ses saillies par un paradoxal « Less talking, more rocking » -, aussi charismatique qu’un bidet suisse-allemand, ce sosie de Vince Neil, tignasse blonde et bandana, frôle la caricature. Il vante la longévité du groupe (qu’il a rejoint en 1999), rappelle la date d’enregistrement de certains morceaux, accentue le côté suranné de la soirée en citant ses références : ACDC, KISS, AEROSMITH, des groupes qui « enregistrent et tournent encore, comme Skid Row, juste parcequ’ils ne veulent pas mourir. » (sic)

« On reviendra l’an prochain« , lance Salinger. Pas sûr qu’on réitérera l’expérience.

Setlist Skid Row

  1. Let’s Go

  2. Big Guns

  3. Makin’ a Mess

  4. Piece of Me

  5. 18 and Life

  6. Thick Is the Skin

  7. Riot Act

  8. In a Darkened Room

  9. Kings of Demolition

  10. Psycho Therapy (Ramones cover)

  11. I Remember You

  12. Monkey Business

  13. Slave to the Grind

  14. This Is Killing Me

  15. Sweet Little Sister

  16. Youth Gone Wild

UGLY KID JOE

Whitfield Crane

Il faut à peine 30 minutes aux efficaces roadies pour virer le matériel de Skid Row et installer les instruments de la tête d’affiche. 22h45, les lumières s’éteignent pour la troisième fois de la soirée. Après une interminable intro Hip-Hop, les musiciens d’UKJ grimpent sur scène, suivis par le nonchalant Whitfield Crane. Fidèles à leur réputation de skateurs/branleurs de la Côte Ouest, les gars ont enfilé leur plus beau costume de scène : short, t-shirt, basket pour tout le monde.

Enfin presque. Le batteur (Zac Morris, qui remplace Shannon Larkin sur la tournée) débarque… en slip. Classe.

Zac Morris, Ugly Kid Joe

Les Californiens s’éclatent sur scène. Klaus (guitare), Sony (guitare) et Cordell (bass) échangent sourires et blagues. Whitfield Crane l’air nonchalant, limite hautain, assure le spectacle à sa façon. Le chanteur dévisage certains spectateurs, sourit à d’autres, chante quelques couplets tourné vers les coulisses, improvise des chorégraphies (simples) avec le public (genre lève les bras balance toi), grimpe dangereusement sur les baffles, joue les casse-cous, fend la foule, prête son micro, fait screamer un screamer dans l’assistance… tout ça en balançant un savant mélange de hard rock et fusion très années 90.

Everything About You – Ugly Kid Joe

 

Côté fosse ça se bouscule pas mal. Malgré l’inexplicable présence d’une dame âgée au premier rang. NEIGHBOUR, GODDAM DEVIL, MILKMAN’S SON, les vilains garçons envoient du lourd avec une setlist tendance best of. Mention spéciale pour CAT´S IN THE CRADDLE et EVERYTHING ABOUT YOU. Les deux tubes du groupe sont repris façon karaoké par le public. On notera même la présence de Scotti Hill caché derrière la batterie de Morris pendant la reprise de Cat Stevens (la preuve en image).

Cats In the Cradle – Ugly Kid Joe

Si on avait éprouvé un réel plaisir l’an dernier dans cette même salle à réécouter ces vieux titres et replonger dans l’adolescence, il faut bien reconnaître que cette deuxième session sentait déjà un peu le réchauffé. Même setlist. Même prestation. Et finalement moins d’approximations. Elles avaient fait le charme du concert de 2012. On pense notamment à M. RECORDMAN que Klaus avait improvisé en mélangeant les paroles.

Ugly Kid Joe @ Le Forum de Vauréal

Les Californiens terminent leur show, et la soirée, avec ACE OF SPADES. La fosse s’enflamme une dernière fois sur la reprise de Motorhead qui avait bercé l’adolescence d’UKJ. La boucle est bouclée.

Setlist Ugly Kid Joe

  1. Intro
  2. V.I.P.
  3. Dialogue
  4. Neighbor
  5. C.U.S.T.
  6. Jesus Rode a Harley
  7. Panhandlin’ Prince
  8. So Damn Cool
  9. No One Survives
  10. Devil’s Paradise
  11. Cat’s in the Cradle (Harry Chapin cover)
  12. I’m Alright
  13. Tomorrow’s World
  14. Milkman’s Son
  15. Goddamn Devil
  16. Everything About You
  17. Ace of Spades (Motörhead cover)

Galeries Photos 

 

A lire aussi:

Posted under: Live reports

Tagged as: , ,

Share this:

2 comments

Laisser un commentaire

  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube