Steel Panther @ Le Bataclan : Nichons, Humour et Glam Rock !

Plus d’un an après leur dernier concert parisien, les Californiens étaient de retour au Bataclan pour promouvoir leur dernier album ALL YOU CAN EAT. 

P1050220

« I heard Paris “Chattes” are very tight ». Ces doux dingues de Steel Panther sont sur scène depuis seulement dix minutes ce mardi soir, mais le ton est donné. Auteur de cette prose tout en nuances, Satchel, lead guitare du groupe californien inventeur d’un genre musical à succès : le heavy métal parodique.

Assister à un concert de Satchel et sa bande, c’est faire un bond dans l’espace temps. Tignasses au vent et pantalons moulants. Pose lascive et jeu de scène délirant. Michael Starr ne court pas, il sautille. Il ne danse pas, il fait des pas chassés. Pendant ce temps là, Lexxi Foxxx, le «pire bassiste de l’industrie musicale», comme le présente son guitariste, passe son temps sur son espace maquillage privé installé au bord de la scène.

Les chorégraphies et les dialogues entre les membres du groupe sont parfaitement calibrés. Chacun son rôle. Michael Starr est le chanteur à l’égo surdimensionné. Satchel, son alter ego à la guitare. Lexxi Foxxx joue les bassistes stupides. Stix Zadinia et ses gros bras passent la soirée cachés derrière la batterie. Les clichés ont la vie dure avec Steel Panther.

P1050217

Les gars alternent tubes (morceaux librement inspirés de VanHalen ou Mötley Cru)  et blagues potaches, systématiquement teintées de références sexuelles très explicites. On est entre le concert et le stand up.

Les musiciens sont doués (Satchel n’a rien à envier à certains guitar heroes), mais frôlent parfois le playback. Les morceaux s’enchaînent. Ils sont souvent efficaces (TOMORROW NIGHT, FUCK ALL NIGHT). Parfois beaucoup moins (GLORYHOLE, THE BURDEN OF BEING WONDERFUL).  Les ballades Bon Joviennes (JUST LIKE TIGER WOODS) font danser un public euphorique. La fosse est en transe.

Le spectacle est au rendez-vous sur scène et dans la salle. Côté mâles avec des pogos-massacreurs et côté féminin avec les traditionnels défilés de nichons.

Car oui, l’une des incroyables forces de ce groupe est sa capacité à faire exploser les soutiens-gorge de la gente féminine. « Show us your nichons ! » lance régulièrement les membres du groupe aux jeunes et jolie groupies présentes dans l’assistance. Peu farouches, elles s’exécutent avec une facilité déconcertante.

Le point culminant du concert n’est pas le solo du talentueux guitariste, mais bien la montée sur scène d’une bonne vingtaine de jeunes filles, la plupart seins nus !

Pendant une courte heure et demie, – oui, les blagues les plus courtes sont les meilleures –, ces chevelus quadragénaires, nous ont offert un bel aperçu de l’ambiance qui devait régner sur les clubs de Sunset Boulevard à l’âge d’or du Glam Rock des 80’s.

A lire aussi:

Posted under: Live reports

Tagged as:

Share this:

Laisser un commentaire

  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube