FFF @ La Cigale : un show survolté et survitaminé

La Fédération Française de Fonck a retourné la Cigale pour sa première date parisienne depuis sa reformation en octobre 2013.

22h45, La Cigale, Paris. Les instruments sont débranchés, la scène se vide. C’est dans la fosse que le spectacle se termine. Portés par un public encore euphorique, les membres de FFF planent sur la foule, littéralement. Sourires aux lèvres, regards hagards, tel le Dude sous acide de The Big Lebowski, Yarol et ses copains s’offrent une dernière communion avec leur public. Pendant deux heures, la Fédération Française de Fonck a pris d’assaut la salle parisienne. Des retrouvailles réussies après 13 longues années d’absence.

20h40, La Cigale, Paris. «Vous êtes là ? Ce soir n’est pas un soir comme les autres… ce soir , rien ne se fera sans vous ! » A peine débarqué sur scène sur le riff ultra rythmé du leader de Black Minou, Marco Prince, borsalino et veste à carreaux, avait donné le ton : ce concert sera participatif ou ne sera pas.
20140326_205435
Après une première partie déjà bien festive  – La Mouche – portée par la prestation démente de sa chanteuse, les membres de FFF démarrent la soirée en fanfare. POUR LE PIRE ET LE MEILLEUR. Le sol de la salle parisienne se transforme en trampoline géant. La foule compacte des premiers rangs, bras levés, fourmis dans les pieds, connait les paroles par cœur. Ça danse, ça pogote, ça transpire.
L’élégant et souriant Marco Prince a déjà tombé lunettes et chapeau, il ne tardera pas à tomber la veste, avant d’entamer le deuxième morceau de la soirée SILVERGROOVER, qui révèle la mini section de cuivre installée sur le côté droit de la scène. Pour son retour à Paris, FFF est venu en formation élargie : cuivres, synthés et percussions. Marco Prince, Yarol Poupaud, Krichou et Niktus convoqueront même une fanfare surprise, avec laquelle ils fendront la foule en ouverture du deuxième rappel pour une reprise folklorique de BARBES.
20140326_211002
Avant ça, FFF aura passé en revue sa courte discographie (4 albums) et interprété une nouvelle composition, distillant leur funky rock n’ roll si caractéristique tout en faisant l’étalage de leur incroyable présence scénique, incitant le public à danser, chanter et même slammer. « Ça y est, je crois que ce soir on ne fait plus qu’un » lâchera l’éphémère juré de Nouvelle Star sur une première version de BARBES de folie reprise en cœur par le public. L’un des temps forts de la soirée.
Mais inutile d’en dire plus, il faut le voir pour l’apprécier. Et pour notre grand plaisir, ARTE a eu la bonne idée de diffuser le concert en direct. Alors assez parlé, place au live !

A LIRE AUSSI :
GALERIE PHOTOS

 

A lire aussi:

Posted under: Live reports

Tagged as: , ,

Share this:

Laisser un commentaire

  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube