Sebastian Bach @ le Forum de Vaureal : Diva du rock

De retour en France après sa prestation remarquée au Hellfest en 2012, l’ancien chanteur de Skid Row a choisi la banlieue parisienne pour démarrer sa tournée européenne et promouvoir son dernier album solo « Give Them Hell ». Entre caprices de star, headbangings et litres de sueur, récit d’une nouvelle soirée à Vauréal.

Bach-Vaureal-2014 (3)

« On m’a dit que Skid Row a joué ici récemment… Je suis désolé pour vous. » Sebastian Bach n’est pas tendre avec ses anciens copains. Le chanteur canadien, éjecté du groupe en 1996 pour incompatibilité d’humeur, n’a pas perdu de son sens de l’humour. Ni ses airs de diva. Agacé par des soucis techniques, Bach n’hésitera pas à pester sur la régie et stopper ses musiciens dans leur élan à deux reprises. D’abord sur l’intro de PIECE OF ME, puis dès les premières notes d’un nouveau morceau (HARMONY ?) que le groupe ne prendra même pas la peine de reprendre.

Après un long conciliabule dos au public, Bach et ses nouveaux copains enchaîneront, sans un mot, avec 18 and LIFE. Sur la killer-balade tirée du premier album de Skid Row, on entendra d’ailleurs quelques fausses notes sortir de la sa bouche. Même les divas sont perturbables.

photo 4

Le concert avait pourtant bien démarré. SLAVE TO THE GRING, KIKIN & SCREAMING, TEMPTATION, THE THREAT. Deux classiques de Skid Row et deux morceaux solos plutôt efficaces.

Sur la petite scène de Vauréal, le grand blond occupe tout l’espace, reléguant ses musiciens au second plan. Quand il s’adresse à eux, c’est pour les chambrer (gentiment) ou leur demander d’accorder leurs instruments.

photo 2S’il est dur avec ses nouveaux copains, Bach l’est moins avec son public. Souriant, bavard, il s’efforce de parler en français. A la demande d’un fan des premiers rangs venu d’Israël pour l’occasion (?), le Canadien improvisera même une version a capella de WASTED TIME. Beau moment.

Longue tignasse blonde et bedaine apparente, le quadragénaire est un frontman  comme on n’en fait plus. Headbangeur et manieur de micro à l’ancienne. Parmi les chanteurs de heavy métal on peut ranger le copain d’Axl Rose dans la catégorie des «crieurs». Pas un titre sur lequel il ne s’égosille pas.

Un peu mégalo sur les bords, il jette aussi des regards réguliers sur le grand écran qui diffuse le concert. On s’ennuie un peu sur TUNNELVISION et TAKING BACK TOMORROW, avant que Bach n’introduise son morceau préféré de l’époque Skid Row : IN A DARKENED ROOM. Chacun ses goûts. Si l’interprétation est parfaite, nous on préfère quand même ce qui suit. MONKEY BUSINESS, I REMEMBER et YOUTH GONE WILD. La quintessence de la musique du groupe du New Jersey. Un final en beauté. Parce que oui, c’est déjà fini. 1h20 de heavy-métal, c’est court mais il n’en fallait pas plus, sous peine de rater le RER. Car oui, Vauréal c’est loin.

Galerie photos :

Set list :

1.         Slave to the Grind

2.         Kicking & Screaming

3.         Temptation

4.         The Threat

5.         Wasted time + Big Guns

6.         Piece of Me

7.         18 and Life

8.         American Metalhead

9.         Tunnelvision

10.      Taking Back Tomorrow

11.      In a Darkened Room

12.      Monkey Business

13.      I Remember You

14.      Youth Gone Wild

A lire aussi:

Posted under: Live reports

Tagged as: ,

Share this:

Laisser un commentaire

  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube