MK Tracker Tour 2015 – Concerts clés USB de Dublin (#1) à Milan (#10)

On reprend nos bonnes vieilles habitudes et c’est reparti pour les analyses de sticks….
Cette fois et pour la 1ere fois, on ne partira pas sur du mp3 mais du FLAC. Eureka, enfin un format sans perte !
Et pour compléter, comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seul, le marketing Knopfler a eu la bonne idée de décliner l’objet convoité en 5 versions :
– Clé USB en forme de Martin et son mini flight case
– Clé USB en forme de Pensa MKD et son mini flight case
– Clé USB en forme de Gibson Les Paul et son mini flight case
– Téléchargement digital du concert en mp3
– Téléchargement digital du concert en FLAC

Le FLAC (très populaire auprès des audiophiles et collectionneurs de bootlegs en tous genres) va tout changer, pour nos oreilles et notre plus grand bonheur de mélomane en herbe.

Stick USB – MK Tracker Tour 2015

Dans ces quelques papiers nous allons donc décortiquer l’ensemble des 49 concerts par articles regroupant entre 7 et 10 concerts donnés en Europe et peut-être si vous êtes sages, les 38 de la tournée américaine en fin d’année… Nous allons voyager en musique cette année !

La démarche :
Toujours de manière objective, nous apporterons notre regard (souvent sévère) sur le travail des ingénieurs son quant à la restitution sonore de ces concerts Soundboard et lossless (sans perte de qualité).
Attention, il ne s’agira pas de critiques Live des concerts auxquels nous assisterons (que vous pourrez également retrouver dans nos pages) mais une analyse plus technique sur le rendu du concert et le traitement sur ces clés USB. Nous ne mettrons pas de liens de téléchargement pour ces concerts. Ils sont OFFICIELS et nous respectons les droits d’auteurs.

Evidemment pour ces reviews, tous les concerts ont été écoutés, souvent plusieurs fois afin de vous restituer la meilleure objectivité.

Matériel employé pour les écoutes : 
Baladeur : Cowon S9 et/ou Samsung Galaxy S5
Casque :  Sennheiser HD 25 et/ou Focal Spirit One

 

Dans cette longue review (j’essaierai de faire plus court pour les prochaines), vous trouverez l’analyse complète des 6 premiers concerts du Tracker Tour 2015.

Pour faciliter la navigation, quelques liens directs (les ajouts se feront au fil de l’eau selon les écoutes… je tacherai de ne pas attendre la fin des 10 pour publier le papier) :

#1 – 2015.05.15 Dublin@3Arena
#2 – 2015.05.16 Manchester@Manchester Evening News Arena
#3 – 2015.05.17 Sheffield@Motorpoint Arena
#4 – 2015.05.19 Glasgow@SSE Hydro Arena
#5 – 2015.05.20 Newcastle@Metro Radio City
#6 – 2015.05.22 London@O2 Arena
#7 – 2015.05.23 Birmingham@LG Arena
#8 – 2015.05.25 London@Royal Albert Hall
#9 – 2015.05.26 London@Royal Albert Hall
#10 – 2015.05.28 Assago (Milan)@Mediolanum Forum

 ———–

MK#1dublin2015

#1 – Dublin@3Arena – 15.05.2015
(Format FLAC)

 

Setlist :

01. Broken Bones (05:43)
02. Corned Beef City (06:26)
03. Privateering (06:47)
04. Father And Son /Hill Farmer’s Blues (10:00)
05. Kingdom of Gold (07:24)
06. Skydiver (05:28)
07. Laughs and Jokes and Drinks and Smokes (07:44)
08. I Used to Could (04:20)
09. Romeo And Juliet (09:17)
10. Sultans of Swing (07:36)
11. Mighty Man (05:52)
12. Postcards From Paraguay (08:19)
13. Marbletown (11:57)
14. Speedway At Nazareth (06:50)
15. Telegraph Road (15:41)

Encore : 
16. So Far Away (05:06)
17. Our Shangri-La (08:50)
18. Wherever I Go (06:44)
19. Going Home (06:06)

 

Le 1er concert de la tournée, mais le 4ème à être décortiqué (problème de mastering sur ce concert qui a pris un peu plus de temps)… voyons s’ils ont réglé tous les problèmes…

 

Morceaux choisis :

Broken Bones : L’ambiance à l’air chaleureuse.
Comme beaucoup de live (les 3 autres), on observe un problème de gestion de la reverb. Toute l’intro en abuse mais, au moment du chante, elle se coupe progressivement. On arrive alors à un effet terne et sans manque de relief. Heureusement l’ingé son en a un peu rajouté par la suite pour gagner en spatialité. La Wah-Wah de Richard sonne moins fort que les 3 concerts suivant.

Corned Beef City : Oh lala, le son du clavier de Guy est très sourd, très lointain. On entend très distinctement la daneelectro de Mark mais le clavier ca va pas du tout.
C’est dommage ce son tassé en arrière plan car le titre est bien pêchu.
Y’a un sacré bordel dans le public à Dublin. L’ambiance est chaude ! C’est l’effet kickoff… tous les hard fans se sont donner RDV ce soir pour découvrir la setlist.

Hill Farmer’s Blues : Un souci avec le son qui saute à 6min16 et 6min22 à ceci s’ajoute une sorte de tremolo dans le son assez désagréable.
Cette version de HFB est assez proche d’un enregistrement live de 2010 dans le son et la voix apporté, en revanche, sur le solo final on est sur 2015, des plans nouveaux, pas tous réussis mais les choses se mettent en place et ce titre va monter en puissance les prochains jours/semaines et ça ne peut pas en être autrement ! Problème de jack à la fin du titre pendant le changement de guitare, Mark a oublié de by passer le volume J

Kingdom of Gold : On est pas sur la meilleure des versions, le solo est hésitant est Mark choisi la facilité faisant ronfler sa Pensa MKD par des suites d’accord qui poussent les P90 nda s leurs retranchements.

Skydiver : Le backing vocal de Mark où il doit tenir 6 secondes la note est bien plus harmonieux que les 4 concerts suivants, sa voix est en retrait par rapport à Ruth et ça c’est un très bon point.

Romeo &Juliet : La version est complètement dans le jus des tournées précédentes, d’ailleurs depuis plus de 10ans on est strictement sur la même version, il devrait donc la connaître par coeur, cependant notre artiste est humain et à 8min09 on obtient un des plus beau pain de la boulangerie du 3Arena.

Sultans of Swing : Gros problème de son au départ (surement dû aux réglages précédents de R&J juste avant, tout est réglé à partir de la 12eme seconde.
1min26 : aie les oreilles, l’accord n’a pas suivi entre la main droite et la main gauche.
Le solo final meme si il est assez proper n’est pas dans le standing de ce que notre marko est capable de nous proposer. Attention tout de meme car ce solo, et quand meme au-dessus de ceux de 2013.
Une tentative du public de partir sur un Oé Oé Oé mais notre écossais n’est pas encore assez chaud, ca sera pour un prochain concert…

Mighty Man : OMG !!!! Les backing vocals ont besoin d’être recalés d’urgence… on a clairement là un véritable son de canards.

Marbletown : 3min6, une note resort assez brutalement de la Martin. A 3min37 notre Marko innove dans ses plans, on aurait voulu que ça dure encore un peu plus longtemps… malheureusement
4min54, un ptit slide mal place. A 6min40 John sur son solo s’octroie quelques largesses et part dans une improvisation de classiques irlandais pour revenir au theme initial et monter progressivement assisté par Mike et tout le band.

Speedway at Nazareth : Toujours ce souci de backing vocals avec ces voix de petits canards ou amateur de Bob Dylan…

Telegraph Road : Voilà un TR comme on aimerait en entendre plus souvent. Malgré un début de concert où l’homme n’a pas encore bien trouvé ses “marques”, notre artiste peut se transcander et répondre present quand il faut cmpter sur lui dans le “money time”. Solo inspire, bonne tenue des notes et des enchaînements de plans. Bravo marko, tu nous as sauvé le concert !

Wherever I Go : On sent que c’est la première, y’a besoin de quelques ajustement

Going Home : Mark commence trop tôt ses arpèges et ne laisse pas Guy se mettre en place sur ses nappe de piano. Et pour le coup le titre semble plus vite expédié. 1min41, un buzz sur la prise jack de mark (visiblement). Quand ça démarre on s’attend à plus de “lachage”, ca reste bon enfant. On aurait voulu un Marko plus péchu. Bizaarement les enregistrements audio vont plus dans ce sens. surement trop de compression sur le son qui tasse le ressenti général.

 

Avis globale : 7,5/10

Les + :
-Kick off de la tournée
– Un bon Telegraph Road et Marbletown

Les – :
– Pas mal de bugs sur le son entre les prises jack qui craquent, la reverb qui ne se coupe pas… c’est dommage, cet enregistrement aurait mérité un peu plus d’attention de la part des ingés son.
– Le groupe est en rodage… ils devraient pourtant bien maîtriser cette setlist qui reste quasi inchangée depuis de nombreuses années.
-Manque de pêche et de dynamique général
– Les backing vocals : Il va falloir sérieusement se pencher sur le problème pour essayer d’y remédier, ça flingue chaque chanson !

 

Liens utiles :
Commandez votre clé usb ou téléchargez ce concert de Dublin

Local-Hero.org :
Tout savoir sur le concert de Dublin (photos, videos, reviews..)

Diary de Guy

Blog de Richard

 

  ———–

MK#2manchester2015#2 – Manchester@Manchester Evening News Arena – 12.05.2015
(Format FLAC)

2nd concert de la tournée mais le 1er sur clés USB.
Donc cette écoute sera un AB test pour les autres qui se colleront à la note de celle-ci
Le FLAC est remarquable, dès les premières secondes, le son est tout simplement INCROYABLE.
Allez on décortique tout ca….

Setlist :
01. Broken Bones (05:48)
02. Corned Beef City (06:48)
03. Privateering (07:26)
04. Father And Son (02:17)
05. Hill Farmer’s Blues (06:55)
06. Kingdom of Gold (07:23)
07. Skydiver (06:09)
08. Laughs and Jokes and Drinks and Smokes (08:30)
09. I Used to Could (04:21)
10. Romeo And Juliet (09:17)
11. Sultans of Swing (07:30)
12. Mighty Man (05:58)
13. Postcards From Paraguay (08:21)
14. Marbletown (11:30)
15. Speedway At Nazareth (06:53)
16. Telegraph Road (16:13)

Encore : 
17. So Far Away (04:59)
18. Our Shangri-La (08:45)
19. Wherever I Go (06:26)
20. Going Home (07:10)

Morceaux choisis : 

Broken Bones : Mais qu’est-ce que c’est que ce son ? De la batterie électronique ?!!! On se croit à un concert des Daft Punk J…. Intro assez longue pour faire monter la pression…. On pense tout de suite à l’intro de Calling Elvis tournée 91/92…. Paul Crockford lance son annonce maintenant légendaire « Good enening ladies and gentlemen, please welcome back to Manchester…. Mark Knopfler » afin en fond cette intro életro en boucle et c’est parti pour le show….
L’équilibre voix/instrument est tout simplement EXCELLENT. Les chœurs sont subtilement restitués. On vit le concert, on est dedans. Quel bonheur !
Et cette Wah-Wah bien chaude et toutes ces notes subtiles… ca donne le ton.
Je n’aurai pas mis ce titre en intro (et même pas mis du tout) mais bon, laissons nous guider et on verra bien où il nous emmènera le bougre.
Le son est très nettement au dessus de tous les autres concerts de MK. Je dirai même qu’il est au dessus de tous les autres live retravaillés pendant des semaines en studio.
La fin tombe un peu à plat… surement qu’ils vont le retravailler au fil de la tournée.

Corned Beef City : On reste sur cette belle alchimie. Solo de piano de Jim Cox clair, rond, ça claque !
La Daneletro de Mark en mode slide guitar est juste Parfaite. Toutes les nuances

Privateering : Ce qui interpelle c’est le sont de la Martin 00040s, on a jamais entendu ce son aussi claquant, bizarrement on entend le nylon claquer alors qu’on est bien en présence d’un acoustique !
Il en va de même pour les

Father & Son : L’introduction du pipo…. On se croit dans la verte prairie magique sur les hauteurs des highlands  où le doux elfe John vient nous siffloter quelques notes envoutante…
A 1min52 Mike vient nous siffloter sa mélodie uniquement sur l’oreille droite. Subtile et intelligence de mixage entre les 2 flûtes pour marquer une cohésion. SUPERBE
2min03, une petite erreur de slide pour MK, pas bien méchant, il avait dû oublier de fermer le volume

Hill Farmer’s Blues:1min27, un petit couac d’arpèges de notre ami Richard, pas évident de garder la cadence.
Bizarrement, la voix de MK est plus étouffée sur ces premières mesures, moins nette, moins claire que sur titres précédents. L’arrivée de la basse de Glenn a 2min53 appuie le tempo, on commence à rentrer dans le morceau, sa basse bien chaude et ronde reproduise les pulsations du cœur, ça nous prend les tripes, les poils s’hérissent….
3min50 une petite fausse note, MK ne sait plus où il est J
Le solo commence…. Ca monde progressivement, les notes s’accroche,  il n’a pas la fluidité d’avant,
4min41 aie ça coince, et ça s’accroche encore à 5min01… bon, notre écossais n’est pas dans la plus grande des formes et le solo est écourté… passons à la suivante

Kingdom of Gold : Après une petite introduction de Ruth Moody, on rentre dans le titre…
Ouf, le problème de voix rencontré sur HFB n’est plus.
L’autre bonne nouvelle c’est les cœurs de Ruth… un ange qui descend du ciel ! Superbe restitution et le mélange des cœurs des autres musiciens est tout simplement merveilleux, seul bémol, la voix de MK soit un poil arrachée. Arrive le solo final, la MKD sonne très nettement mieux en 2015 quand 2013, moins nasillarde mais dommage que quelques notes un peu hésitantes aient du mal à sortir (ex 5min52,), le solo de flûte traversière en arrière plan rajoute de la profondeur et enrobe magnifiquement le tout.

Sky Diver : Ca démarre bien, intro avec pas mal de spatialisation mais… ca retombe net dès que MK se met à aborder le couplet. Dommage. La suite reste plat, même la slide guitare de Richard ne change pas la donne. Ils ont beau mettre de la reverb dans les micros des musiciens et Ruth, rien y fait. De plus dans les cœurs, y’en a un qui chante faux et sur le refrain c’est assez désobligeant.
Seul réconfort le solo final de Ian pour enchainer avec le titre suivant, les tomes, les cymbales, tout envoie bien à une différence prêt, à 5min47 la prise de son change, la reverb se coupe, on dirait une 2nde batterie qui arrive… très étrange… surement parce que le titre suivant a besoin de moins de reverb… il va falloir peut-être modifier ca sur les prochains enregistrements ou faire un fade out de reverb sur la batterie pour que la transition se passe mieux.

Laughs and Jokes and Drinks and Smokes : C’est reparti sur le micro voix de MK… bizarre quand même de changer la restitution globale d’un titre à l’autre. Je vous rassure ce n’est pas dérangeant car peu audible mais comme je cherche la ptite bête J…
Un souci avec les choeurs, y’en a un (toujours le même) qui est bien trop fort vs les autres) si bien que sa voix porte même plus que celle de MK, il va falloir rectifier le tir rapidement…
On sent que c’est Ian To aux percus… la symbale sont de retours, elles nous avaient manqué J… non j’déconne !
MARK fait quelques blagues on va voir si il nous ressort les mêmes sur toute la tournée…
Il présente Nigel pour le morceau suivant

I Used to Could : Sa voix est un poil en retrait par rapport à l’instrumentation.
Le piano de Jim, le sax de Nigel, ça le fait grave en FLAC.
On commence par le solo de Nigel, ça swing sa mère ! Jim enchaine au piano, on est au Ronnie Scott J. Et le Marko enchaine avec un solo de gratounette, RE-Nigel et RE-Jim terminent… c’est propre, pas trop de prise de risque, c’est sympa, on se revoie danser sur Twisting By The Pool (pour les plus vieux d’entre nous).

Romeo And Juliet : Un morceau très attendu des fans  des années Dire Straits (les filles surtout J), un peu moins des autres…
Intro sax très soignée, le dobro de 1938 sonne il doit sonnait : Une bonne gamelle J. Mais c’est ce qui lui donne tout son charme.
Comme cette chanson je l’ai entendu trop de fois je vais passer assez rapidement d’autant plus que les arrangements ne semblent pas évoluer depuis 2005 (avec le sax en plus).
Le seul intérêt de ce titre est bien la présence de Nigel qui lui offre une 2eme jeunesse. On, est quand même sur un titre qui date de 35 ans ! Comme quoi la musique de Mark traverse les années sans prendre une ride.
Pour revenir à cette prestation, la strat de Richard est bien trop en retrait et aurait dû ressortir un peu mieux. La strat de Mark sur le solo final crunch un peu ça lui donne un côté plus vintage contrairement à la version très/trop lisse/parfaite de 91/92 avec des EMG d’une grande pureté.

Sultans of Swing : Le son est bizarrement retravaillé à 00min24, dommage l’ingé son aurait pu le faire 24s plus tôt ! Je ne comprends pas qu’on puisse mettre en ligne un produit non fini ! ils n’ »coutent jamais ce qu’ils mixent ?! Gros coup de gueule !
1er solo qui ne restera pas dans les annales. Bien exécuté mais d’une assez grande banalité, peut-être même un peu trop long, MK cherche pas mal ses notes.
2nd solo raccourci… surement un des plus court (si on exclue la tournée 78/79), là encore, quelques notes qui ont du mal à sortir mais le solo passe.
La guitare strat signature claque comme jamais, on entend très bien toutes les nuances et les ghost notes. Décidément ces enregistrements FLAC vont devenir une référence !

Mighty Man : Bon, là encore pas vraiment fan de cette chanson, mais comme faut s’y coller…
Originalité par rapport aux titres précédents : Jim à l’accordéon. Bon, c’est pas grand chose mais je ne savais pas quoi marquait pour ce titre qui ressemble étrangement à The Fish And The Bird…. D’ailleurs MK pourrait porter plainte contre MK pour plagia :-)
Comme sur les titres précédent, les chœurs sont bien trop fort, ça peut surprendre.

Postcards From Paraguay : Un morceau de 8min21 pour introduire (entre autre) le band… A chaque évocation de leur nom, chaque musicien commence à jouer sa ligne de partition.
Vu que la présentation est longue (trop longue), j’aurai bien coupé le morceau en 2… on aurait gagné du temps et de l’efficacité.
4min d’intro quand même…
Les chœurs font flippés, Je crois reconnaitre Jon ou Mike… on dirait la petite voix qui vient te voir dans ton lit après que tu t’es maté un film avec Freddy Krueger… je vous laisse juge de la comparaison. A la base, titre joyeux, aux influences d’amérique latine mais là on vire un peu à la musique film d’horreur et on est tenté de regardé derrière sois si le clown de Stephen King ne va pas d’débarquer….

Marbletown : Le titre à rallonge de la tournée, de la tournée d’avant et celle d’avant et d’avant… bref, ça devait le titre pour combler 11min30 de concert. Je serai d’avis de la retirer, de la changer ou de la raccourcir, juste MK et un micro voix… par exemple.
Bref, comment est ce Marbletown version 2015 ? Bah comme sur les autres tournées avec de très subtiles variantes sur les arrangements. Il faut dire que le FLAC y joue beaucoup car en lossless on entend bien toutes les fréquences et donc toutes les variations d’instruments.
Le solo de MK avec sa Martin à 4min50 claque et on aurait voulu qu’il dure plus longtemps au lieu de redescendre et de laisser John seul aux commandes.
6min02, un gars tousse, ils auraient pu l’effacer ! c’est là qu’on se rend compte qu’en France avec une bonne mutuelle, on a moins de problème de santé et on se soigne beaucoup mieux que nos voisins d’outre-manche. Voilà pour la parenthèse médicale J
Bon et ce John alors ? Il est encore sur son solo…. Ca monte en puissance, Ian To le rejoint puis l’ensemble du band. Toujours pareil, le John c’est du 100% efficace, c’est carré, c’est clair, c’est net.

Speedway At Nazareth : Souvent on dit « un bon Speedway, un bon concert » mail il faut que ça pète !
Dès les premières mesures on sent une nette différence avec les tournées précédentes.
Les notes du clavier de Guy en loop sonnent mieux. Le point négatif un des chœurs a un voix de canard, un côté country de maman sur lequel j’ai beaucoup de mal et malheureusement, comme pour les autres titres bien trop fort.
2min55 un petit slide loupé de MK
Richard fait son apparition à 4min36 pour lancer la machine… allez on est parti pour un tour de piste…
Solo avec quelques défaillances, Jim vient épauler admirablement la les Paul 58 qui monte dans les tours et qui malheureusement est recouverte par les jeux de balais de Ian : Grrrr  #frustration.

Telegraph Road : Pour la 1ere fois l’œuvre du tout puissant Knopfler va avoir son enregistrement sur FLAC et en live s’il vous plait. Et dès les premières notes on est dans le bain de cette composition de génie, un titre qui a lui seul résume toute la carrière de notre artiste. Comme tous les titres de cet enregistrement, ce TR ne fait pas exception, on est en possession d’un sacré morceau. Tous les instruments sont d’un limpide ! On entend très distinctement chaque instrument chaque fausse note J, tout se lit magistralement. Le solo final, à l’aide la basse/batterie monte progressivement en puissance, le son de la Pensa MKII délivre un gras comme jamais, pas le son claquant des années passées mais un gras bien crunché qui nous rappelle les années Alchemy. Même si on est pas là en possession d’une prestation magistrale, on se laisse porter par le titre. On notera au passage quelques accroches de notes et surtout une grande frustration quand à la durée du solo, très écourté qui nous frustre encore plus.

So Far Away : Un classique parmi les classiques. Je ne sais pas parce qu’il a LE son mais ce SFA donne la pêche, tout prend plus de relief alors qu’en live c’set quand même un peu mou du genou. On entend tellement bien la guitare de Mark qu’on perçoit toutes les nuances de son jeu.
Seul bémol (encore et encore) les chœurs bien trop présents. C’set moi où la fin est aussi raccourcie comme pour SOS ou TR ?

Our Shangri-La : Un drôle de bruit de casserole au début, je ne sais pas sur quoi tape Ian Thomas mais c’est pas jojo :-).
Comme souvent sur cette chanson, la voix de MK est un peu poussive.
Encore des chœurs étranges ou les voix des musiciens se mélangent à Ruth et le final en est pas très confort pour mes douces oreilles. Il aurait fallu que seule Ruth fasse les chœurs, on aurait gagné en douceur
3min08, un petit glissement à côté
Le son des tomes de Ian Thomas est un peu bizarre, on dirait qu’il tape sur des boîte Tupperware remplies de sable.
Le sax de Nigel est sublime, on aurait peut être préféré un son plus dans les grave, plus rond, peut-être parce que j’ai l’éternel son de Chris White en tête.
Même si elle fait plus de 7min, j’ai encore le sentiment que cette version est raccourcie et que le solo  de fin entre Nigel et Mark est très écourté. On en redemanderait encore un petit peu…

Wherever I Go : Chanson que j’ai du écouté 1 fois ou 2 sur l’album studio car trop chiante et sans aucun intérêt, là, en live, elle prend une tout autre dimension. La voix de l’ange Ruth associé à la guitare de Mark (on sent tout de suite quand il joue avec sa Les Paul 58) et au Sax de Nigel est une pure merveille. Je m’étonne même a en redemander. Le solo final à la Feel Like Going Home qui se donne la réponse guitare-voix et cet outro sont somptueux. Ce son spatiale nous emporte complètement.

Going Home : Quelle bonne idée de mettre la flute de John sur l’enceinte de gauche et celle de Mike sur celle de droite, on en distingue encore plus les nuances. Y’a un léger delay sur le/les charlay(s), je ne sais pas si c’est fait exprès mais moi ca me gêne un peu
A 2min24 pour la montée de tous les instrument Ian To appuie trop sur ses caisses et ce qui suit est un peu un gros bordel et ça se confirme sur la suite car on monte les décibel et tout sature assez rapidement (sauf le sax). Qui aurait cru que Strat en clean saturerait. Ben si !
On aurait pu faire surement autrement.

 

Avis global : 8/10

On part là dessus pour se donner une idée pour la suite.
C’est très encourageant pour la suite des stickers.
Le FLAC versus le mp3 apporte plus qu’un plus, ca change du tout au tout.
Niveau prestation globale, on est pas mal, y’a eu quelques couacs un peu gênant à des moment qui ne pardonnent pas. Mais dans l’ensemble on a là une très bonne prestation, bien meilleure que beaucoup d’autres sur 2013.
Notre MK est en très grande forme, hâte d’écouter la suite…

Les + :
– LE SON FLAC ! YEEEEES. C’est un plus indéniable, on est très au-dessus du mp3 à tous les niveaux.
– Redécouverte de morceaux que je zappais complétement sur les tournées passées (Privateering, Corned Beef City)

Les – :
– Des erreurs dans le traitement du son, de la reverb, souvent même en plein morceaux !
– Gros souci avec la gestion des chœurs, bien trop présents et l’alchimie entre les voix masculines et Ruth n’est pas la meilleure des idées.

 

 

Liens utiles :
Commandez votre clé usb ou téléchargez ce concert de Manchester

Local-Hero.org :
Tout savoir sur le concert de Manchester (photos, videos, reviews)

Diary de Guy

Blog de Richard

  ———–

MK#3sheffield2015#3 – Sheffield@Motorpoint Arena – 17.05.2015
(Format FLAC)

 

Setlist :

01. Broken Bones (05:54)
02. Corned Beef City (05:54)
03. Privateering (06:52)
04. Father And Son /Hill Farmer’s Blues (10:16)
05. Kingdom of Gold (07:19)
06. Skydiver (05:31)
07. Laughs and Jokes and Drinks and Smokes (08:45)
08. I Used to Could (04:18)
09. Romeo And Juliet (09:33)
10. Sultans of Swing (07:33)
11. Mighty Man (05:47)
12. Postcards From Paraguay (08:33)
13. Speedway At Nazareth (07:05)
14. Telegraph Road (15:28)

Encore : 
15. So Far Away (05:30)
16. Our Shangri-La (08:40)
17. Wherever I Go (06:51)
18. Going Home (06:18)

Morceaux choisis :

Broken Bones : Intro de Ian Thomas et présentation de Paul Crockford toujours aussi enthousiaste de prendre la parole devant un public visiblement en attente. Malheureusement, l’ambiance tombe très rapidement et on n’entend plus qu’un gars qui applaudit… c’est d’ailleurs assez pénible surtout pour l’oreille droite… mais je vous rassure il s’est vite épuisé et à 2min50 on peut enfin se concentrer sur la performance du band.

Corned Beef City : Un son plus “neutre”, mais aussi plus plat. Des efforts ont été faits sur les chœurs pour les rendre plus homogènes.

Privateering : Une version différente ou Mark nous conte son histoire, tel un troubadour, un tracker d’histoire, dans le fond rien ne change mais son implication

Hill Farmer’s Blues : Ça passe ou ça casse et là, ça passe !
Une belle inspiration pour le solo final, dommage qu’il se cherche un peu sur les dernières mesures.
Quelques petits accrochages sur le manche mais rien de méchant, pas de gros loupés.

Kingdom Of Gold : Mark commence à trouver ses marques…. Le solo est plus construit, plus travaillé que la veille et il se permet même de le rallonger et de partir dans une envolée guitaristique (à 6min02) et sans fausse note ! Comme quoi, quand MK se donne la peine…
Le son est toujours très bon et la voix de Ruth

Skydiver : Toujours le même souci, intro très spatiale mais dès que MK se met à chanter, tout est recompressé, ça donne un ressenti étrange de reverb ON puis OFF.
On aime ou on n’aime pas le titre (pour ma part je ne suis pas fan de la version live… c’est comme pour les Beatles, faut mieux les écouter en studio).
Mais, les chœurs sont bien plus cadrés et on part moins sur des backing vocals plus fortes que le lead vocal, c’est déjà ça.
A 4min02, MK tient la note (à la voix) pendant…..7s !!!! Je croyais qu’on allait le perdre :-)

Laughs and Jokes and Drinks and Smokes : Ce soir je vous invite à la taverne Guinness :-)

I Used to Could : Introduction de Nigel au sax.
Bizarrement je sens moins de relief que le concert de Manchester. La prestation est propre, on aurait quand même voulu avoir « un peu plus ». Au moins on peut se dire que le titre est assez dansant, ça nous permet de nous réveiller un poil.

Romeo & Juliet : Je passe mon tours…

Sultans of Swing : C’est parti ! Allez Marko fait claquer la strat.
Comme pour les autres titres de ce concert : c’est plat ! On s’ennuierait presque…
la batterie et l’ensemble des instruments sont complétement en retrait, on n’entend que la strat, c’est très étrange. Les Cymbales sont omniprésentes.
Le solo final est une sort de backing track. Il tente des choses nouvelles, cherches quelques licks mélodiques. Le son de sa strat est tout particulièrement dingue ! En entend la moins nuance, la moindre ghost note mais, on c’est bien tout ce qu’on entend tellement les autres musiciens sont transparents.
L’enchainement avec le titre suivant se fait rapidement, pas d’émeute dans la fosse.

Mighty Man : L’ambiance en prend un coup dans l’aile ! J
Aucun frisson pour ce titre… qui permet de nous rendormir

Speedway at Nazareth : Les backing vocals de Guy, suis pas fan.

Telegraph Road : Ca swing, ca balance sa race !

So Far Away : Comme toujours, un souci de backing vocals (Guy essentiellement), voix bien trop marquée.

Our Shangri-La : Pas mal du tout les backing vocals emmenées par Ruth

Wherever I Go : Superbe version en live. Et le sax, y’a pas à dire, on est très largement au-dessus de la version studio. Nigel redonne une seconde jeunesse à ce titre.

Going Home : Manque de relief, surement dû à la prise son de ce concert, on ne sent pas la montée de la mélodie et l’arrivée des instrus.

 

 

Avis global : 8/10

Moins de frissons sur ce concert que le précédent, surement l’effet de la nouveauté, où mon impatience de pouvoir écouté le 1er FLAC de la tournée.
Le mastering général a été revu à la hausse, des fois peut-être même un peu trop lisse et c’est ce qui dérange dans cet enregistrement, ça manque de profondeur, de relief, du dressage de poils.
Toujours la même setlist… pour les fans, beaucoup vont rester sur leur faim et si la situation reste inchangée, nous ne prendrons qu’un stick USB et non plusieurs (comme ce fut le cas sur les tournées précédentes).
Les + :
– Bon son
– Pas de fausse note/raté
Les – :
– Setlist inchangée ! Pire encore, un titre en moins !
– Titres de plus en plus courts … surement que l’avion n’attendait pas pour décoller vers Glasgow…
– Concert assez neutre, sans réel relief (ex : les flutes sont revenues en stéréo…. Dommage car c’était un réel plus sur l’enregistrement précédent).
– Le mastering trop plat, à part la voix de MK et sa guitare, les autres instruments ne ressortent pas (ou pas assez).
– L’ambiance du concert… un peu mous les Sheffield people :-(

 

Liens utiles :
Commandez votre clé usb ou téléchargez ce concert de Sheffield

Local-Hero.org :
Tout savoir sur le concert de Sheffield (photos, videos, review…)

Diary de Guy

Blog de Richard

 

  ———–

MK#4glasgow2015#4 – Glasgow@SSE Hydro Arena – 19.05.2015
(Format FLAC)

 

Setlist :

01. Broken Bones (05:49)
02. Corned Beef City (06:11)
03. Privateering (07:00)
04. Father And Son /Hill Farmer’s Blues (10:06)
05. Kingdom of Gold (07:25)
06. Skydiver (05:43)
07. Laughs and Jokes and Drinks and Smokes (08:29)
08. I Used to Could (04:18)
09. Romeo And Juliet (09:30)
10. Sultans of Swing (07:36)
11. Mighty Man (06:04)
12. Postcards From Paraguay (08:43)
13. Marbletown (11:25)
14. Speedway At Nazareth (06:40)
15. Telegraph Road (15:46)

Encore : 
16. So Far Away (06:43)
17. Wherever I Go (06:26)
18. Going Home (06:28)

Morceaux choisis :

Broken Bones : Intro de Ian Thomas un peu différente car beaucoup d’écho sur sa batterie.
Prise son du public un peu meilleure, on sent mieux « l’ambiance ».
Ian To s’amuse à taper sur la caisse claire pour relancer un peu l’ambiance.
La voix de MK est très présente, très nette.
Très bon équilibre des instruments et backing vocals.

Corned Beef City : On est sur un enregistrement plus dans la dynamique que les précédents.
Ca « pète » et ça swing grave !
Jim Cox est mieux mixé, on l’entend bien mieux sur ses accompagnements et je ne parle pas du solo, en pleine décomplexitude J. Très bon titre sur cet enregistrement. On aurait même voulu que ça dur un peu plus longtemps. Mark est chez lui, ça se sent, il aime jouer ici « à la maison ». quelques petites blagues et c’est partie pour le prochain titre

Father and Son /Hill Farmer’s Blues : Pour la 1ere fois depuis le début, ils associent les 2 titres en un seul. Je ne porte pas de jugement, ça nous fait donc un titre avec plus de 4min d’intro… ça peut-être long pour certains.
Solo dans une bonne dynamique, un peu plus long que les concerts précédents.

Kingdom of Gold : Superbes backing vocals de Ruth, très envoûtant.
Sur le solo final il se cherche, notamment sur les dernières mesures mais le solo seul être un peu rallongé par rapport aux précédents concerts.

Sultans of Swing : Chant presque parlé, MK nous conté littéralement son histoire et chacune de ses phrases sont alimentées par quelques licks de strat comme il en a le secret.
Le tout est interprété avec panache. Le son de la MK strat sonne ’70s, ça crunch un poil, on fait un back to the ‘80s early. Comme pour les précédents live, le solo de fin est revu en version courte mais sans couac majeur.

Marbletown : Un souci de reverb. Toute l’intro pousse la reverb et dès que MK se met au chant il la coupe… la transition n’est pas des plus clean.

Telegraph Road : A 8min23 le micro voix se coupe sur 2 phrases de couplet.
Solo bien exécuté.

Wherever I Go : Très belle version, un Nigel Magitral

Going Home : Un très bon GH, très propre (mise à part le son de la strat de MK qui crunch un peu trop, ca baffe dans les baffles.

 

Avis global : 8/10

Les + :
-Bon concert dans l’ensemble, assez propre
Les – :
– Une saturation excessif dans le traitement (notamment de la strat de Mark), ça donne pas mal d’effet de cracha. Si ce petit souci avait été soigné, on aurait pu monter la note à 8.5/10.

 

Liens utiles :
Commandez votre clé usb ou téléchargez ce concert de Glasgow

Local-Hero.org :
Tout savoir sur le concert de Glasgow

Diary de Guy

Blog de Richard

 

  ———–

MK#5newcastle2015#5 – Newcastle@Metro Radio Arena – 20.05.2015
(Format FLAC)

 

Setlist :

01. Broken Bones (05:51)
02. Corned Beef City (05:48)
03. Privateering (07:14)
04. Father And Son / Hill Farmer’s Blues (09:52)
05. Kingdom of Gold (07:22)
06. Skydiver (05:36)
07. Laughs and Jokes and Drinks and Smokes (07:32)
08. I Used to Could (04:37)
09. Romeo And Juliet (09:40)
10. Sultans of Swing (07:53)
11. Mighty Man (06:00)
12. Postcards From Paraguay (08:42)
13. Marbletown (11:31))
14. Speedway At Nazareth (06:54)
15. Telegraph Road (16:12)

Encore :
16. So Far Away (06:31)
17. Wherever I Go (06:21)
18. Going Home (06:20)

Morceaux choisis :

Broken Bones : De toute évidence Mark est très heureux d’être ici, avant de chanter, il se permet quelques acrobaties vocales humoristiques avant d’entamer son 1er couplet.
Le son semble plus équilibré que les enregistrements précédents. Newcastle sera-t-il la petite perle de ce début de tournée ? Nous allons très vite le savoir.
Sur cette version de Broken Bones, Richard a quelque peu changé son jeu et se permet quelques éccarts à la wah-wah qui rajoute de la profondeur et casse un peu la monotomie de ce titre qui pourrait fatigué si ils la jouent pareil pendant 49 concerts…

Father And Son / Hill Farmer’s Blues : L’intro de HFB est superbe, l’entrée des instruments à cordes est magnifique, le son est là. Malheureusement on note une baisse du volume general à 4min40 qui nous coupe dans notre élan. Pourquoi ?
Le reste monte en puissance à chaque couplet pour finir en apothéose sur un sompltueux solo final,on notera tout de meme un petit décrochage à 8min06 mais on est sur une des meilleures version de ce début de tournée, son et préstation comprise.

Kingdom of Gold : Tout simplement la plus belle version de ce début de tournée. Mark y joue de nouveaux plans, tout s’articule sans problem, l’émtion est là, ça prend aux trippes. Superbe version

Skydiver : Toujours l’intro batterie avec beaucoup de reverb et puis plus rien dès que marche chante, ça plombe un peu le titre.
Bizarrement ce titre sur cet enregistrelent est un peu plus plat que d’habitude.

Laughs and Jokes and Drinks and Smokes : L’équilibre entre les instruments touché la perfection, on entend très distinctement tous les musiciens et c’est rare pour le signaler, les backing vocals sont superbes. Les sont de guitars folks résonnent juste comme il faut. On est dans la tavern et on a tout de suite envie de se prendre par les coudes pour tous chantonner en coeurs en buvant notre pinte de Guiness.

I Used to Could : Dès les premières notes ça sonne sa mère !
Quel solo Nigel, Je veux bien resigner tout de suite. Et quell son ! Son sax rempli tout l’espace

Romeo & Juliet : Tout aurait été parfait si il n’y avait pas eu à la fin ces petits souci de son.
Ca a commence sur le solo final de Mark avec à partir de 7min47 des variations dans la compression du son puis à 8min03 les symbales s’atténuent à plusieurs et pour finir à 8min38 le souffle de la strat se coupe aussi comme par magie.
Richard fait aussi un petit couac à 9min.
C’est dommage ca plombe le morceau.

Sultans of Swing : Quel pied de revoir Mark prendre plaisir avec SOS. Ca n’était pas arrive depuis… 2005 ! Le Sultan du swing n’est pas mort et en a encore sous la caboche.
Alors OUI, c’est pas parfait, y’a des petits pins à droite et à gauche mais qui n’a pas le sourire après un titre comme ça ?
3min53, petit accrochage de note, Mark était meme parti sur le solo final en plein milieu de chanson, mais n’a pas tenté le diable.
Sur le solo final (toujours raccourci), Mark teste des choses, teste des associations de phrases et les lit entre ells… On sent le titre en rodage et Mark se prepare pour le RAH lundi et mardi prochain.

Speedway at Nazareth : Le démarrage du solo à 4min03 est un vrai Bonheur, tout se met progressivement en branle, la basse/batterie, la flute de John s’y ajoute, à 4min38 Richard entre en scène et d’un coup de Les Paul bascule Speedway sur son dernier tours de piste.
Petit pain à 4min50 suivi d’un ben molasson à 4min53.
6min06 Richard joue la mélodie derrière, c’est subtil, c’est magistral.
Ca monte, ça monte, on en a plein les oreilles jusqu’à la dernière note.
Le son en est presque parfait.

Telegraph Road : 4min48, un bruit mécanique, surement un roadie qu’a touché à un truc, c’est dommage ça intervient quand Mark est seul avec sa guitare, donc, on n’entend que ça.
Mark essaye encore de nouveaux licks, c’est technique, c’est mélodique, c’est efficace. On aimerait que ça puisse continuer, on est en trance mais d’un seul coup Ian Thomas nous donne le glas et c’set dejà finit. Encore, encore, encore….

So Far Away : Mark est de très bonne humeur à 2min28 il bafouille, en rigole, parle une langue que personne ne comprend… bref notre farceur a envie de donner du plaisir ce soir et sa joie est  communicante. Une petite fausse note à 4min12 mais qu’importe, on s’éclate ce soir !

Wherever I Go : L’ambiance retombe d’un cran certain avec cette belle balade. Ruth apporte indéniablement sa douceur. Une version parfaite sans un à côté.

Going Home : A 00min32 quelqu’un pousse un cri, je ne sais pas si c’set Mark ou une personne dans le public mais la voix porte comme si elle avait un micro, ça plombe un peu l’intro du titre.
Et comme pour l’ensemble des titres de ce soir, Going Home ne fait pas exception à la règle, c’est du tout bon. Rien à redire dessus.
Bravo Mark, bravo le band, ce concert est tip top est donne du baume au coeur pour la suite.

 

Note globale : 9/10

Superbe concert qui aurait mérité presque un 9,5 si il y avait eu un titre en plus et quelques pains en moins sur certains titres.
Pour le moment c’est LE concert à avoir si on veut se plonger dans un enregistrement Presque parfait d’un concert LIVE de Mark Knopfler 2015.

Les + :
– Le son ! WAOUUUUU
– Hill Farmer’s Blues
– Kingdom of Gold : LA version de ce début de tournée.
– Un Speedway qui envoie la purée
– Telegraph Road magique !

Les – :
– Toujours la même setlist…. On cherche désespérément un peu de nouveauté….
– Plantage son sur la fin de R&J
– Pas de So Far Away

 

Liens utiles :
Commandez votre clé usb ou téléchargez ce concert de Newcastle

Local-Hero.org :
Tout savoir sur le concert de Newcastle (Photos, video, reviews…)

Diary de Guy

Blog de Richard

——————-

MK#6london2015#6 – London@O2 Arena – 22.05.2015
(Format FLAC)

 

Setlist :

01. Broken Bones (05:38)
02. Corned Beef City (06:37)
03. Privateering (06:54)
04. Father And Son /Hill Farmer’s Blues (10:00)
05. Kingdom of Gold (07:23)
06. Skydiver (05:48)
07. Laughs and Jokes and Drinks and Smokes (08:58)
08. I Used to Could (04:12)
09. Romeo And Juliet (09:20)
10. Sultans of Swing (07:44)
11. Mighty Man (06:26)
12. Postcards From Paraguay (09:15)
13. Marbletown (10:33)
14. Speedway At Nazareth (06:55)
15. Telegraph Road (15:19)

Encore : 
16. So Far Away (06:12)
17. Wherever I Go (06:28)
18. Going Home (06:09)

Morceaux choisis :

Broken Bones : Ian To rajoute quelques cymbales à l’intro. Le son pour le moment est un peu plus aiguë que les autres enregistrements, un peu moins de relief est de médium/grave mais ça reste très très acceptable et quand même bien au dessus des enregistrements mp3.
Cette surenchère des cymbales provient aussi du fait que l’O2 ne soit pas facile à capter, une petite salle  donnerait de bien meilleurs résultats.

Corned Beef City : C’est confirmé, le son est un peu plus brouillon, c’set un peu un grand bordel, autant sur les enregistrements précédents ce n’était pas le cas, là, c’est la foire à la saucisse !

Father & Son / Hill Farmer’s Blues : Petit couac de 2min56 à 3min02, les doigts de Marko restent collés sur le manche de sa Tele.
Sur le solo final, notre ami fait monter la l’émotion mais ne nous emmène pas au Nirvana, ses musicos poussent l’intasité Mark reste sur ses licks pépères, dommage de ne pas avoir une montée commune, on reste sur notre faim. L’interprétation est pourtant bonne, pas de fausse note ou autre.

Kingdom of Gold : Pourquoi Mark a retiré ce titre de la tournée, quelle chanson !
Rien à redire sur cette interprétation, ah si ! c’est bien trop court.

Romeo & Juliet : Le son a sauté à 4min23, un petit problème dans le captation, ce qui produit un effet de « kill switch » qui irait très bien à Buckethead mais beaucoup moins aux fans de Knopfler. L’effet se reproduit à 5min47 mais uniquement pendant que le public applaudit.

Sultans of Swing : Plus ça va et plus on a le sentiment que Knopfler s’ennuie sur ce titre. Certes, ce n’est plus la fougue des débuts mais là, il s’essaye sur des variantes pour ponctuer 2 phrases mais on sent que le coeur n’y ai plus vraiment.
Sur le solo finale, il se perd, il tente des choses qu’ils devraient passer en fin solo.
Les enchaînements entre les licks sont difficile et on ne comprend pas trop le rapport, il commence une phrase en enchaîne une autre puis la reprend, etc… c’est très brouillon et notre guitar hero nous avait habitué à beaucoup mieux.

Postcards From Paraguay : L’intro de présentation du band toujours aussi longue… et particulièrement cette fois (presque 5min !!!!), il pourrait peut-être plus en profiter pour caser Kingdom of Gold.
Le backing vocals, toujours aussi  flippant, il va falloir qu’ils retravaillent ça quand même pour éviter des envies de meurtre ou faire monter des vocations de serials killers en herbes.

Speedway at Nazareth : Petite (très courte) phrase de présentation du titre. Intro un peu différente, MK s’essaie sur 2-3 nouveaux licks (attention, rien de bien méchant, il change juste 2-3 mute note).
Le son monte d’un cran, ça devrait envoyer pour le final…
MK s’implique un peu plus sur la mélodie, il pousse plus sa voix, il  nous fait vivre sa course de l’intérieur.
La montée à 3min44 est plus dynamique, IanTo pousse un peu plus sur ses futs, avec l’arrivée de Richard en seconde guitare, Mark se cherche un peu plus et n’a pas su tiré profit de ces belle montée dans les décibels mais se rattrape sur la fin et les dernières notes nous débouchent nos cages à miel. Parfait pour la suite… allez vite vite un Telegrah Road dantesque !

Telegraph Road : Pas grand-chose à dire sur les 9 premières minutes. Attachons nous au solo…
Toute la première partie juste avant les cocottes (10min30), MK se cherche pas mal sans nous faire ressentir que le solo va monter.
Sur la 2nde partie, il est plus en forme, c’est pas non plus le solo du siècle pour l’intension est bonne. Et encore une fois, dommage que ca soit assez raccourci.

So Far Away : Pas grand-chose à dire, mis à part ces backing vocals qui me les cassent grave.
Mark se balade sur le titre avec sa Jurassic strat, pas un seul temps mort, il s’essaye à pas mal de nouveaux licks avec beaucoup de réussite et de punch.

Wherever I Go : Sublime ! Les final Sax puis guitare donne quelques frissons. Certes la guitare de mark est moins intense que sur les concerts précédents mais Nigel avec son sax pousse
On entend un bruit parasite en fin de souffle en sortie de sax de Nigel, pas très embêtant mais quand on le sait, on n’entend plus que ça.

 

Note globale : 8/10

les enregistrements et surtout les prestations deviennent de plus en plus « flat », il va falloir un renouvellement de setlist ou un publique survolté pour pouvoir les différentier. Tout se normalise.
au vu des nombreux retours de fans exigeant, La société qui édite les sticks va commencer à être beaucoup plus regardante sur les post mastering pour notre plus grand bonheur.
Je mettrai à jour progressivement des updates… donc restez connectez ;-)
Les + :
- Un son moins travailler que les enregistrements précédents (dû surement à la grandeur de la salle)
- Peu de boulettes sur les effets et distorsions soniques

Les – : 
- Même setlist
- Pas de grande version qui se détache

Liens utiles :
Commandez votre clé usb ou téléchargez ce concert de Londres

Local-Hero.org :
Tout savoir sur le concert de Londres (Photos, video, reviews…)

Diary de Guy

Blog de Richard

——————-

MK#7birmingham2015#7 – Birmingham@LG Arena – 23.05.2015
(Format FLAC)

Setlist :
01. Broken Bones (05:36)
02. Corned Beef City (06:04)
03. Privateering (06:45)
04. Father And Son / Hill Farmer’s Blues (10:06)
05. Kingdom of Gold (07:26)
06. Skydiver (05:52)
07. Laughs and Jokes and Drinks and Smokes (08:00)
08. I Used to Could (04:12)
09. Romeo And Juliet (09:41)
10. Sultans of Swing (08:11)
11. Haul Away (04:29)
12. Postcards From Paraguay (08:51)
13. Speedway At Nazareth (06:55)
14. Telegraph Road (15:24)

Encores :
15. So Far Away (05:42)
16. Wherever I Go (06:45)
17. Going Home (06 :19)

 

Morceaux choisis :

Hill Farmer’s Blues : Un solo qui envoie bien comme on aime et comme on en redemande.

Kingdom of Gold : Niveau solo notre Marko est en forme. Une des meilleures version de la tournée…. Ça dure ça dure… le frisson est là, dommage qu’on soit sur un ptit accrochage à 06min10 pourtant l’intention était bonne et notre homme varié les plaisirs dans de nouveaux licks. Bravo donc pour la prise de risques, c’est assez rare pour être signalé.

Skydiver : Les backing vocals masculines toujours trop présentes. Il faudrait mettre plus en avant la voix de Ruth qui contrebalancerait avec les autres.
Tout comme sur les enregistrements précédents : Bonne reverb en intro et BING, lus rien sur le couplet… ca plombe pas mal le titre.
1min10 problème de micro… Mark s’en est trop éloigné et du coup on n’entend pas le début de sa phrase

Laughs and Jokes and Drinks and Smokes : Petit souci de prise jack à 00min15… ca arrive assez fréquemment cette année. Un micro pain à 00min52.

Sultans of Swing : Mister pain a 06min20 ! Ouille ca fait mal aux oreilles. Mais à part ce magistral pain aux raisins, on est sur une excellente version… 2015. Attendons la suite de la tournée, mais peut-être que ce SOS sera à garder dans le top 10…

Speedway at Nazareth : des ptits accrochages à 4min46 et 5min15 qui montrent bien que sa main droite/main gauche ont quelques problèmes pour se synchroniser.
Le SAN envoie bien, on aurait préféré avoir un son pour richard un peu plus fort pour accentuer la force du solo final.

Telegraph Road : Sur l’intro on entend peut-être un peu trop les cymbales.
1er solo avec un ptit pain des familles à 5min03 et 5min08.
Mark, fait tes exercices ! il faut vraiment que tu retrouves la fluidité de tes 10 doigts.
début de solo un peu hésitant, mou. Le son est très crunchy, très étrange car en live nous n’avons pas du tout la même perception en live (son beaucoup plus clair).
Le solo se termine proprement avec quelques hésitations et un manque de fluidité certaine. On regrettera qu’il n’accélère pas sur la fin et ne trouve pas d’autres bons licks à exécuté. Là, il reste très très sage, trop sage.

Wherever I Go : MK est très détente sur les rappels, il plaisante sur l’intro avec “Ruthy”…. Voilà, on sait maintenant son ptit nom.

Going Home : Bizarrement (et assez rare pour être signalé), Nigel un peu timide et en introduction à la limite de quelques faussetés.
Le GH final reflète bien le concert : Bien mais pas fou.

 

Note globale : 8/10

Bon concert dans l’ensemble, pas de chose à redire, tout est assez propre, le son est là. Une setlist un peu plus fournie aurait donné une note proche de l’excellence.
Dommage que certaines versions n’aient pas eu plus de pêche, et que MK ne soit plus inspiré sur SOS, SAN ou TR… on aurait pu monter la note d‘un cran. Ca manque de folie de dynamisme.

 

Liens utiles :
Commandez votre clé usb ou téléchargez ce concert de Birmingham

Local-Hero.org :
Tout savoir sur le concert de Birmingham (Photos, video, reviews…)

Diary de Guy

Blog de Richard

——————-

MK#8london2015#8 – London@Royal Albert Hall – 25.05.2015
(Format FLAC)

 

Setlist :
01. Broken Bones (05:25)
02. Corned Beef City (06:41)
03. Privateering (06:525)
04. Father And Son / Hill Farmer’s Blues (09:32)
05. Skydiver (05:23)
06. Laughs and Jokes and Drinks and Smokes (05:17)
07. I Used to Could (04:17)
08. Romeo And Juliet (09:42)
09. Sultans of Swing (07:56)
10. Mighty Man (06:10)
11. Postcards From Paraguay (09:16)
12. Marbletown (11:12)
13. Speedway at Nazareth (07:18)
14. Telegraph Road (15:35)

Encores :
15. So Far Away (05:53)
16. Wherever I Go (06:37)
17. Going Home (06:33)

Concert intéressant car IWT y était… voyons ce que la retransmission en Soundboard change de la version live et du perçus que nous avons pu avoir…. (pour info, nous avons été déçu de ce concert… manque de fun, frustration des musiciens, un Mark pas au meilleur de sa forme…)

Morceaux choisis :

Broken Bones : Ca commence bien, l’équilibre est très bon entre la guitare de Mark et la basse. Enfin une basse avec du relief. Le solo wah-wah de richard est un peu timide, on sent une certaine frustration du groupe.

Corned Beef City : Intro avec la Daneletro très sympa, on sent un MK en forme…
Ca balance pas mal .

Father And Son / Hill Farmer’s Blues : Un petit loupe de John à 51s et s’en suit quelques notes accrochées ou non jouées de notre Marko.
Je ne comprends pas l’intro  de HFB à la guitare… beaucoup d’hésitations, on ne sent pas Mark, on ne comprend pas où il veut en venir. Ses interactions guitare à la fin de chaque phrase nous propose des associations de notes étranges, certes originales mais assez loin de ce qu’il peut nous proposer habituellement. La basse a un son très sec, on ne sent pas le son organique, plus un son electro, ca manque de rondeur et surtout de chaleur.
Le solo a du mal à monter et est surtout embelli par quelques faussetés. Le solo est sans intérêt, on ne s’envole pas, on a juste envie de passer au prochain morceau en espérant qu’il soit plus inspiré.

Laughs and Jokes and Drinks and Smokes : Quel ennui ! Le titre ne décolle pas.

I Used to Could : Y’a du mieux malgré quelques petites boulettes. On n’est pas sur le titre dansant qu’on a eu en début de tournée.

Romeo and Juliet : Doit-on vraiment analyser ce titre ? Des erreurs sur le solo final avec surtout un son assez agressif et compressé, bien différent du son LIVE.

Sultans of Swing : Solo interminablement poussif… on se dit “mais où veut-il en venir” et surtout “quand est ce qu’il arrivera sur les triolets de fin”…

Postcards from Paraguay : Presque 5min d’intro et présentation du band…. C’est trop !
Le reste du morceau ne décolle pas… on est sur du connu, du réchauffé mais en mou. On ne sent pas l’énergie, la motivation.

Speedway at Nazareth : Sur l’intro, Mark nous parle…. Mais j’avoue n’avoir rien compris à ce qu’il disait… il s’adressait je pense au public.
sur ses 2 premières phrases du couplet, il est un peu à la traîne et doit vite se dépêcher pour ne pas rater le tempo de la 3ème phrase…
La montée pour le solo finale est mollassonne et manque de relief, la batterie tape à peu trop « clair », en croirait une batterie électronique digne d’un (du) tube de Partenaire Particulier.
La partie solo est du même style, les notes ont du mal à se lier entre elle.
Bon point pour Richard qu’on peut entendre deci, delà avec quelques licks bien posés.
Le final est vite baclé sans que le frisson ait pu monter.

Telegraph Road : On a l’impression de Mark dort ou qu’il s’ennuie terriblement.
On note quelques fizz avec son Dobro (de plus en plus fréquent ces derniers temps).
Sur le couplet d’après le 1er solo, Mark apporte quelques variantes de base en poussant un peu sa voix et le baladant sur la ligne mélodique originelle.
Le solo bien qu’il soit assez long ne sera qu’anecdotique et nous n’allons pas nous éterniser.

 

Note globale : 6/10

Le Royal Albert Hall est toujours un lieu incontournable dans la tournée de Mark Knopfler.
Cependant, quelque soit la beauté du lieu (et il l’est), un concert n’est jamais le même, même avec une setlist identique. Et ce fut le cas ce soir-là…. Comparé au concert du lendemain (décrit plus bas), c’est le jour et la nuit.

Les + :
– Je cherche….

Les – :
– Concert très plat, sans relief
– Mark et son band peu enclins à donner du plaisir sur scène
– Beaucoup de ratés

Liens utiles :
Commandez votre clé usb ou téléchargez ce concert de Londres

Local-Hero.org :
Tout savoir sur le concert de Londres (Photos, video, reviews…)

Diary de Guy

Blog de Richard

——————-

MK#9london2015#9 – London@Royal Albert Hall – 26.05.2015
(Format FLAC)

 Setlist : 

01. Broken Bones (05:35)
02. Corned Beef City (06:30)
03. Privateering (06:57)
04. Father And Son / Hill Farmer’s Blues (09:31)
05. Skydiver (06:04)
06. Laughs and Jokes and Drinks and Smokes (08:13)
07. I Used to Could (04:17)
08. Romeo And Juliet (09:36)
09. Sultans of Swing (07:40)
10. Mighty Man (06:03)
11. Postcards From Paraguay (09:16)
12. Marbletown (11:20)
13. Speedway at Nazareth (07:16)
14. Telegraph Road (15:57)

Encores :
15. So Far Away (06:17)
16. Wherever I Go (06:35)
17. Going Home (06:28)

Encore une fois, IWT y était !
Concert dans l’ensemble bien meilleur que la veille… Hâte de savoir ce qu’il en est sur la retransmission soundboard

Morceaux choisis :

Broken Bones : Quelques bourdes sur la rythmique, tessiture toujours aussi plate, l’enregistrement est assez plat et manque de relief, le son ne claque pas assez. Mark, dans son intonation a l’air plus heureux que la veille… à voir avec la suite…

Corned Beef City : Y’a du mieux par rapport à la veille. Plus d’engagement. Même si dans l’absolu si on s’attarde un peu sur le fond, on trouve quand même quelques beaux ratés. Mais on retrouve un peu notre MK qu’on avait perdu depuis quelques jours…

Hill Farmer’s Blues : Bonne presence de la basse de Glenn, on aurait voulu un peu plus de rondeur pour accentuer sa présence et toute l’intensité de la montée du morceau. Côté solo,  on est sur du mieux (vs le concert de la veille) mais on peut mieux faire.

Skydiver : On sent un MK qui s’amuse sur ce titre…. Ca doit quand même un peu le reposer pour la suite. Les backing vocals sont bien mieux retranscrites et Ruth se détache nettement, l’équilibre est plus cohérent qu’auparavant. Le travail de Richard en slide est  tout en finesse.

Laughs and Jokes and Drinks and Smokes : Intro sympa, Mark se permet d’improviser “un peu” avant d’entamer le morceau à proprement dit.

Romeo and Juliet : Côté solo, petite bourde à 7min50, après le reste est très correct, pas transcendant mais on a eu pire (ou mieux). Pour chipoter, on notera sur les toutes dernières notes à 8min49 et 8min55 deux petits loupés de Glenn sur sa basse.

Sultans of Swing : On sent très clairement que ce SOS il n’en peut plus de la jouer. Si bien que, le manque d’envie est clairement palpable. Pqas envie de décortiquer chaque note du solo mais sachez que ce dernier

Mighty Man : Certains instruments (flûtes) bien plus présents que certains autres concerts.

Speedway at Nazareth : Temps de l’intro bien plus longue… de mémoire mark avait eu un souci avec son jack… le solo est en dessous de ce que l’on peut voir/entendre chez notre guitar hero préféré.
Dommage qu’il ne soit pas plus « rentre dedans » ce soir.

Telegraph Road : Même constat que Speedway… mais avec quelques boulettes en prime.

 

Note globale : 7/10

Un meilleur concert que la veille mais avec encore beaucoup de marge de progression.
La qualité des morceaux est très aléatoire, trop même. Capable du pire comme du meilleur, on est là sur un concert très moyen et sans réelle âme.
Les + :
– Mighty Man : Très belle version

Les – :
– Concert sans envie

Liens utiles :

Commandez votre clé usb ou téléchargez ce concert de Londres

Local-Hero.org :
Tout savoir sur le concert de Londres (Photos, video, reviews…)

Diary de Guy

Blog de Richard

——————-

MK#10assago2015#10 – Milan@Mediolanum forum – 28.05.2015
(Format FLAC)

Setlist :
01. Broken Bones (05:41)
02. Corned Beef City (05:37)
03. Privateering (06:48)
04. Father And Son / Hill Farmer’s Blues (09:13)
06. Skydiver (05:53)
07. Laughs and Jokes and Drinks and Smokes (08:20)
08. I Used to Could (04:17)
09. Romeo And Juliet (09:51)
10. Sultans of Swing (08:57)
11. Done with Bonaparte (05:30)
12. Postcards From Paraguay (08:12)
13. Marbletown (11:22)
14. Speedway At Nazareth (07:12)
15. Telegraph Road (15:51)

Encores :
16. So Far Away ()
17. Wherever I Go ()
18. Going Home ()

Morceaux choisis :

J’ai essayé d’écouter le 1er morceau en entier mais j’y suis pas arrivé…

Note globale : 03/10

Le son est dégueux, on entend même pas tous les instruments !
On croirait un enregistrement Audience mais pas un soundboard
Désolé mais je ne vais pas taper ce concert en entier qui n’est pas acceptable pour un achat de 30€.

Je l’écouterai peut-être un autre jour quand j’aurai le courage… ne serait-ce pour Done With Bonaparte joué pour la première fois sur cette tournée.

 

Les + :
-Pour les hard fans qui ont 30€ de trop en poche
Les – :
– Le Son !!!! DEGUEULASSE

 

——————-

Pour retrouver l’ensemble des analyses des sticks (liens à venir) c’est ICI

———-

Restez attentifs, des mises à jour arriverons très souvent… Tenez-vous informez, inscrivez-vous sur notre Facebook, Twitter, Youtube channel ou flux RSS pour les plus geeks.

A lire aussi:

Posted under: Live reports

Tagged as: , , , ,

Share this:

22 comments

  • Limousin Pierre-Louis on 2 juillet 2015 at 1:43 said:

    Bonjour,
    merci tout d’abord pour votre super taf pour décrypter toutes les clés usb, à quand la suite du décryptage pour le tracker tour ?

    • Elian on 11 juillet 2015 at 3:28 said:

      Salut !
      Merci pour les encouragements.
      Tout ça demande beaucoup de temps… mais la suite (les 10 suivants) arrive ce weekend, alors reste connecté.

  • Fred on 16 juillet 2015 at 11:36 said:

    Bonjour Elian, bravo et merci pour tes commentaires, parfois teinté de drôlerie, lorsque par exemple sur le concert de Sheffield, tu évoques ce type qui applaudit tout seul et consciencieusement pendant 2 minutes 50…à titre personnel, je regrette que sur cette tournée, tu ne puisses pas exercer ton talent en commentant des wild west end, ride accross the river, silvertown blues et autres pépites qui auraient duré chacune 10 à 12 minutes minimum…toujours à titre personnel, je trouve que cette setlist ne reflète pas le génie de Mark…je l’attendais pourtant avec impatience ce tracker tour…en tout cas, tu es un passionné et tous les passionnés dont je fais partie ne peuvent que saluer ton travail.

  • jakana on 17 juillet 2015 at 8:36 said:

    On est d’accord que si on commande la clef usb « guitare »on aura un mp3 ?
    Merci pour ce taf. La critique de Nice…viiiiite (j’y étais)

  • Castor on 24 juillet 2015 at 1:18 said:

    Bonjour Elian !

    Avant tout merci pour ton blog tres fourni et ces precieuses infos.

    Je voulais te demander si tu avais eu l’occasion ou si tu prevois de faire une review du stick USB du concert A Rome du 21/07.

    Pourquoi ce concert en particulier, car j’y etais mardi et j’aimerai beaucoup l’avoir. Mais comme je l’ai compris grace a tes reviews, les qualites d’enregistrement sont assez heterogenes. Je voulais donc avoir une idee de la qualite avant de commander…

    Merci par avance pour ton aide et desole si tu as deja fait la review, ca voudra dire que je ne sais pas chercher ;)

    Au fait petit cadeau si tu ne le connais pas, je suis en italie et le concert a Lucca de Mercredi a ete diffuse a la radio et dispo a l’ecoute ici, ca peut te permettre de comparer avec le stick correspondant. Il y a en revanche des commentateurs mais juste entre les chansons

    A ecouter ici : http://www.rai.it/dl/portaleRadio/media/ContentItem-2fc14bc3-399a-4490-8e2a-3d3adce9f28f.html

    Merci !

  • zetek on 5 août 2015 at 11:09 said:

    J’ai vu celui de Barcelone la semaine dernière (sous la pluie). Le son était pas terrible sur plusieurs titres, ça sonnait très brouillon, en particulier sur les titres de Dire Straits, dès que le volume devenait un peu fort. Sur Sultans of Swing, Mark a tenté de nouveaux solos mais c’était vraiment pas terrible, souvent à coté.
    Pour le reste c’était cool, ça fait toujours plaisir de le voir en live et il a l’air de s’éclater avec son groupe.

    • Elian on 5 août 2015 at 11:45 said:

      Salut !
      Je viens de faire le review de Barcelone, le son du concert sera mieux que ce que t’as eu… t’es la première personne à me dire que le son n'(était pas bon en live à barcelone, surement que tu étais bien placé, ou encore trop trempé de la pluie avant concert…
      Je poste la review dans les prochaines heures…

      • zetek on 5 août 2015 at 7:19 said:

        Il est possible qu’à la table de mixage cela ressorte bien mais pour le public s’était pas toujours ça. Plusieurs larsen micros par exemple et une impression de bouillie dès que le groupe s’emballe. Le fait d’être en plein air n’arrange évidemment rien.
        Pour la pluie, il y en avait presque plus pendant le set. Il a fallu attendre la fin du gros orage pour commencer (de l’eau tombait sur la scène et le matos). 45mn de retard.

  • Castor on 11 août 2015 at 6:12 said:

    Bonjour Elian,

    je voulais te remercier pour la review concernant Rome, c’est parfait. Je pense que je vais me commander cette clé, c’est sur que c’est pas le meilleur de la tournée mais vu que j’y étais çà a un peu plus de sens pour moi.

    Mais dis moi, en plus des écoutes des clés, tu y assistes aussi ? Ouah…

    Si c’est le cas j’espère que tu as apprécié ton séjour à Rome.

    A+ ! Je reste à l’écoute pour voir si y’a d’autres concerts que je vais me commander.

    Merci pour tes reviews !

    • Elian on 17 août 2015 at 10:36 said:

      Merci Romain pour ton commentaire.
      Je n’assiste pas à tous les concerts, heureusement… j’ai une vie moi :-)
      Mais j’essaye d’en faire quand même quelques uns… et surtout j’essaye d’être le plus objectif possible. Oui, reste à l’écoute, le reste (et la fin) arrive…

  • Castor on 22 août 2015 at 9:12 said:

    Salut Elian !

    Désolé de spamer j’espère que je ne te dérange pas. Je voulais te poser deux questions et te demander conseil mais çà ne concerne pas directement la tournée Tracker, j’espère que tu ne m’en voudras pas de faire un peu de hors sujet.

    Je voulais savoir si tu avais eu l’occasion d’écouter les enregistrements de la tournée Get Lucky, toujours dispo chez bleecker-street.
    En fait je recherche désespérément le concert de Gredos (Hoyos del Espino) car j’aime beaucoup la version de speedway (voir ici : https://www.youtube.com/watch?v=gveJtgDPdgI). Speedway est le morceau que je pourrais écouter en boucle sans me lasser, définitivement mon morceau préféré de la carrière solo de MK (je pense que tu me comprendras). Du coup je recherche Gredos 2010 et il est dispo en téléchargement chez bleecker. As tu déjà pu l’entendre par hasard ? la qualité d’enregistrement vaut-elle le coup ?

    Autre petite question faisant appel à tes connaissances. As tu déjà mis la main sur un enregistrement respectable de n’importe quel concert de la tournée Kill to Get Crimson (2008) ? J’ai cherché partout et il semble qu’il n’y ait aucun enregistrement digne de ce nom… J’en ai un paquet de 2005, 2010…Mais 2008 est impossible à trouver, de même que 2001 (à part Toronto). Je trouvais le Speedway de 2001 assez sympa avec le passage guitare folk / les paul, un crescendo différent…

    Bon aller je t’embête plus. Merci d’avance pour ton aide. Les questions sont bien évidemment ouvertes à tous ;)

    Romain

    • Elian on 24 août 2015 at 3:26 said:

      Salut Romain, rien est hors sujet ;-)
      Pour les mp3 de Get lucky, les meilleurs sont les premiers concerts Anglais, Newcastle, Glasgow, Birnmingham avec de très bonne version (surtout le solo) de Hill Farmer’s Blues où Mark pousse le morceaux avec quelques secondes précieuses de solo supplémentaire.
      Gredos est pas mal pour l’ambiance.
      Après, ca reste du mp3 est le son est beaucoup moins précis et manque de relief versus les concerts de 2015.
      Pour ta deuxième question : En 2001, en soundboard tu as Lucca, Hamburg, San Francisco, Los Angeles et Toronto que tu connais.
      Pour 2008, faut gratter un peu plus… de mémoire il en existe 2… dont un en IEM (in ears monitor), faudrait que je recherche tout ça dans mes archives :-)

  • Castor on 26 août 2015 at 10:21 said:

    Salut Elian, merci beaucoup pour ta réponse.

    Je vais essayer de trouver les concerts anglais comme tu dis pour Get Lucky, j’adore HFB alors s’il y a de bonnes versions, je suis curieux (pour l’instant j’aime beaucoup celle de Bercy 2010, en plus j’y étais et celle remixée dispo dans le CD2 de Privateering mais solo trop court)…
    Je vais essayer de fouiller un peu pour les 2008. En plus si je me souviens bien, c’est durant cette tournée qu’il a remis HFB au gout du jour ;) …cette frustration pour la version studio (j’adore le crescendo mais le fade out quasi immédiat fait mal…). Je crois avoir vu passé celui en IEM, je vais essayer de retrouver. J’aime beaucoup aussi la version de speedway de Bercy 2008 qu’on peut entendre sur youtube, mais qualité pas terrible. J’adorerai le trouver en soundboard mais çà semble difficile…
    Encore merci. Hésites pas à m’aiguiller si tu retrouves quelques perles rares ;) merci par avance.

    A part Bleecker, connaitrais tu en endroit ou en peut acheter les concerts de Get Lucky mais avec les pistes au détail ? Depuis la disparition de Spotify, j’ai rien trouvé…

    A+ et bon courage pour la suite des reviews !

    Romain

    • Elian on 27 août 2015 at 10:59 said:

      Salut !
      Non, désolé, je ne connais pas de site où l’on peut acheter ces titres à l’unité.
      Bonne(s) recherche(s) ;-)
      Pour info, la suite et fin des analyses de sticks sera en ligne ce soir.

  • Frédéric on 28 août 2015 at 12:47 said:

    Bonjour Elian, après plusieurs échanges de mails avec Bleecker Street, je t’informe que j’ai reçu ce matin les 3 boîtes à guitares blanches qui correspondent aux 3 concerts que je leur ai achetés, CHAMPAGNE !!!!

Laisser un commentaire

  • RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube