MK Tracker Tour 2015 – LEIPZIG (#33) – Concert clés USB

#33 – Leipzig@Arena Leipzig – 09.07.2015
(Format FLAC)

Setlist :
01. Broken Bones (05:35)
02. Corned Beef City (06:22)
03. Privateering (07:15)
04. Father And Son / Hill Farmer’s Blues (09:58)
05. Skydiver (05:37)
06. Laughts and Jokes and Drinks and Smokes (07:13)
07. Romeo And Juliet (09:14)
08. Sultans of Swing (07:59)
09. Haul Away (04:27)
10. Postcards From Paraguay (09:10)
11. Marbletown (11:40)
12. Speedway At Nazareth (06:53)
13. Telegraph Road (16:03)

Encores :
14. So Far Away (06:20)
15. Going Home (08:33)

Morceaux choisis :

Broken Bones : Intro annonçant le début du morceau, tout en douceur avec pas mal de petits licks rappelant la mélodie du Broken Bones, pour se mettre tout tranquillement dans le concert. Le son est assez propre mais manque de précision, le semble des instruments se mélanges.

A noter que le pont /solo de Richard habituellement fait avec la wha wha, là  est fait sans et sa Telecaster est clairement identifiable. Sûrement un voeux de Mark de tenter autrechose. Son de Richard bien rond et présent et même ses petites notes de wha wha sur les couplets/refrains sont bien définis.  On note également moins de laisser aller sur son accompagnement… sûrement encore un voeux de Mark « Mon ami Richard, je te laisse déjà le solo alors n’en fais pas trop non plus ». En espérant qu’il change rapidement d’avis. On fait une pétition pour le retour en grâce de Richard ?

Chiche ?

Privateering :  Le son est toujours un peu brouillon notamment sur les refrains avec tous les instruments  mais est assez puissant dans les basses fréquences, peut être un peu trop destructuré et manque de netteté. Vous savez, c’est un peu le son que vous obtenez  avec une casque Beats, un son moyen avec des basses baveuses et ne rendant pas toute la réalité et la bonne interprétation du son « live ».

Father & Son / Hill Farmer’s Blues : À 50s, Mike et sa cornemuse ont voulu partir sur une tierce qui aurait pu être assez fausse mais au final, on se retrouve avec une variante de mélodie bien trouvée. Avec l’arrivée de la basse batterie, le son prend toute son ampleur. Même si la basse de Glenn  manque de claquant, l’ensemble devrait bien péter pour le final d’Hill Farmer’s Blues. Très à l’aise, John sur son solo se permet quelques variantes et pour une fois ne pousse pas dans des aiguës extrêmes sur les dernières notes.

Hill Farmer’s Blues côté  solo, je n’ai qu’un mot à dire : Whaou !  Niveau technique on est pas sur une merveille Knopflerienne mais tout est en place et sans fausse note ! Le solo solo aurait mérité un petit plus dans la relance mais ne gâchis pas notre joie, notre Marko risque de nous faire TRÈS  plaisir ce soir.

Sultans Of Swing : Le mix marche  mieux en  quartet. Là  ca envoie sa mère !  La basse ronde de Glenn qui jusqu’alors manquait de précision se révèle quasi parfait pour ce titre avec un petit air de nostalgie. Je pense même que la basse est trop présente et couvre trop la guitare mais sur un casque « neutre » on se régale.

1er solo un peu tiré  par les cheveux mais avec la rythmique derrière, on reste dans le rythme…

2nd solo : Comme on attend plus de miracle,  ce SOS pourrait être le SOS de la tournée ! 2 micros bourdasses à 6 min 17 et 6 min 30s mais tout reste bien maîtrisé et notre guitariste ne part pas dans des spiritualités en en oublier son public venant quand même poir une bonne partie écouter CE titre. Avec plus de 30 ans, ce titre fait toujours autant bouger les foules.

Je vous passe les Postcards of Paraguay et autre Marbletown  qui ont pour moi aucun intérêt de plus ou de moins sur les précédentes dates et passons aux autres titres bien plus intéressants. ..

Speedway At Nazareth : Ce GROS son va sûrement se révéler PARFAIT pour Speedway… L’intro « guitare » un peu passer en second plan, Mark a laissé de côté sa Gibson Les Paul 58, dommage ses petites phrases glissées ici et là  nous manque. A 4min10 l’entrée de la section rythmique envoie de la bonne purée de chez mamie. Mais on n’aurait pas été contre une grosse une basse plus claquante. On l’entend bien sûr la fin mais un peu tard et pas assez précis.  D’un autre côté c’est la nature même de ce titre, le final est un finish de course automobile, tout doit péter dans tous les sens.

Telegraph Road : Avec Sultans, sûrement le titre  qu’attend le plus les puristes de feu Dire Straits. Et cette attente se mérite! Une oeuvre magistrale de 14min  se résumant quasiment qu’à ses 4 dernières minutes ou le solo de Mark avec sa Pensa MK2  donne des émotions toutes particulières aussi bien à l’écoute qu’au  visuel (les lights mais aussi le public se regroupant sur le devant de la scène).

Revenons à notre Telegraph de Leipzig…
Je vous laisse les 9min23 du début et concentrons nous sur les 4 suivantes. A 9min57 Glenn et IanTo donne le rythme. La basse de Glenn donne des palpitations. La MK2 est moins crunchy et se rapproche de la réalité Live. Mark confirme sa bonne forme, même si sur certains passages quelques notes sont égratignées et que techniquement on est sur du « facile » sans une grande prise de risque, on est content que tout s’enchaîne et que ces 4min peuvent nous permettre de dire « ce soir on à faire  à  un excellent concert du Tracker Tour » avec en prime, un Telegraph Road à rallonge. Miam miam
si je devais faire une petite critique : Le son du solo manque de pêche. La trop présence des basses empêche surement l’exploitation des aigues et un effet plus claquant et cristallin. c’set un peu dommage.

So Far Away : Même si rythmiquement tout est en place, les backing vocals comme très souvent sont un peu déstabilisantes car le mix ne s’y prête pas vraiment.

 

Note globale : 9/10

Cette tournée nous donne le choix de concerts avec ou dans Ruth et avec ou sans Nigel, ce soir à Leipzig c’est donc un concert sans Ruth et sans Nigel mais toutefois un TRÈS bon concert. Tout est presque parfait, il ne nous manque plus qu’un son avec plus de définition et de précision pour avoir notre saint Graal 2015.

Les + :
– Broken Bones avec le solo de Richard sans sa wah wah

– Sultans Of Swing 
– Hill Farmer’s Blues 
– Telegraph Road
– Speedway At Nazareth

Les – :
– Basse manquant de claquant      

– Pas de réelles surprises tant sur la setlist que sur l’interprétation.


 

Liens utiles :

Comparer tous les concerts sur clés USB du TRACKER TOUR 2015

Achetez ce concert de Leipzig !

Local-Hero.org :
Tout savoir sur le concert de Leipzig (photos, videos, reviews..)

Tous les concerts sticks analysés (précédente tournée) :
Privateering Tour (US) 2013
Privateering tour (EU) 2013 : 
Part 1/7
Part 2/7
Part 3/7
Part 4/7
Part 5/7
Part 6/7
Part 7/7

A lire aussi:

Posted under: Live reports

Tagged as: , , , , , ,

Share this:

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :