AXL/DC, monstre à deux têtes

Si vous voulez mon avis, il y avait deux concerts à ne pas rater ce printemps pour tout fan de hard-rock qui se respecte. Le premier s’est déroulé le 1er avril dernier, dans la petite salle du Troubadour, club de Los Angeles où une poignée de privilégiés se sont arrachés les sésames pour assister à la reformation surprise – et ce n’était pas une blague – (d’une partie) du line-up original de Guns n’ Roses.

Le deuxième avait lieu vendredi 13 mai. Un peu plus près (à Marseille) et dans une enceinte un peu plus grande (le stade Vélodrome, d’une capacité de 60 000 spectateurs). Le groupe ?  AC/DC. Forcément, les billets étaient nettement plus faciles à trouver. Surtout depuis la défection de Brian Johnson et l’annonce de son remplacement par ce diable d’Axl Rose. Les pétitions et demandes de remboursement ont afflué. Les déserteurs ne savent pas ce qu’ils ont raté.

Chez IWT, on est fan du rouquin. A défaut d’avoir traversé l’Atlantique et les Etats-Unis le mois dernier, on ne pouvait pas manquer ça. Et autant le dire tout de suite, ça valait vraiment le déplacement.

Arrivés juste avant la première partie (sympathique et entraînant Tyler Bryant and The Shakedown), on s’installe du côté gauche de la pelouse Or. Le Vélodrome se remplit progressivement. Il est plein comme un oeuf quand le groupe débarque sur scène sous une inhabituelle lumière du jour. Il est 20h45. Les rockeurs sont pile à l’heure.

On profite des mouvements de foule et des premiers pogos pour fendre la foule et s’installer au deuxième rang. Rock or Bust, Shoot to Thrill, Hell Ain’t a Bad Place to Be et surtout Back in Black, le concert démarre sur les chapeaux de roue. La fosse est en transe. Et il y a de quoi. Axl est au top vocalement, Angus au top tout court. Vêtu de son éternelle tenue d’écolier, couleur poupre ce soir, c’est toujours lui qui porte le groupe sur ses épaules, surtout depuis qu’il est le seul à pouvoir bouger un peu sur une scène qu’il arpentera de long en large, avec ses duck walk et mimiques buccales habituels.

Vissé sur sa chaise, Axl assure vraiment. Bandana et/ou chapeau sur la tête, baguouzes et colliers en argent. Tout l’inverse du style prolo britannique de Brian Johnson. Mais le rouquin ne fait pas sa diva. Loin de sa réputation sulfureuse. Il ne s’est d’ailleurs changé que deux fois. Le leader de Guns n’ Roses n’en fait pas trop et n’essaie pas de tirer la couverture à lui. Vous me direz, c’est plus facile de se faire discret quand on passe le concert assis. En tout cas, il a l’air de s’éclater. Et nous aussi du coup.

 

SETLIST:
Rock or Bust

Shoot to Thrill
Hell Ain’t a Bad Place to Be

Back in Black
Got Some Rock & Roll Thunder
Dirty Deeds Done Dirt Cheap
Rock’n Roll Damnation

Thunderstruck
High Voltage

Rock ‘n Roll Train

Hells Bells

Given the Dog a Bone

If You Want Blood

Sin City

You Shook Me All Night Long

Shot Down in Flames

Have a Drink on Me

T.N.T

Whole Lotta Rosie

Let There Be Rock

Highway to Hell
Riff Raff

For Those About to Rock

A propos de ce blog

Vous aimez les guitares, les cheveux longs et la sueur de la fosse, ce blog est fait pour vous.

Notre mission : vous faire (re)vivre les concerts auxquels on assiste. Et ne comptez pas sur nous pour brosser les métalleux dans le sens des poils, chez I WAS THERE, on n'est pas des vendus, on paie nos places.

Ce site est aussi le votre, si vous avez des photos, des commentaires ou des liens à partager : n'hésitez pas !

Étiquettes

David Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire