La parole des Prophets a fait Rage

Vous en avez surement entendu parler, Prophets of Rage est sorti des enfers pour inculquer un nouveau souffle de rebellion (républicain ?) lors de la campagne de Trump. Ce qui ne devait être qu’une formation éphémère s’est transformé en véritable projet artistique avec, à ce jour, un EP et un LP disponibles. Et l’histoire ne fait que commencer…

De passage à Paris pour leur tournée européenne, on ne pouvait par rater ceux qui ont littéralement retournés les dernières éditions des Hellfest et Download Festivals.

 

C’est qui les Prophets ?

Prophets of Rage : c’est la réunion explosive de Tom Morello, Tim Commerford et Brad Wilk de Rage Against The Machine, Chuck D et DJ Lord de Public Enemy, B-Real de Cypress Hill.

L’image contient peut-être : texte

A l’instar de VOTE FOR CHANGE, un collectif d’artistes nord américain lancé par Bruce Springsteen et Pearl Jam (entre autres) en 2004 pour protester contre la politique de Georges W Bush, Prophets of Rage est une formation qui a vocation à durer tant la machine est bien huilée et tant il y a encore à dire sur la politique de Donald Trump… Ca durera au moins pendant 3 ans, alors profitons-en !

Passé ce petit paragraphe musicalo-politique, qu’en est-il de ce concert au Zénith ?

 

Nova Twins

On a bien fait d’arriver en retard….
Les protections auditives étaient de mise pour ce duo féminin complètement inaudible, basse saturée, volume poussé au-delà du supportable et morceaux incompréhensibles.
Certes, les 2 nanas ont une énergie qui n’a rien à envier à Shakaponk  mais il va nous en falloir plus pour nous impressionner. Ce groupe ne restera pas dans les mémoires et c’est pas demain que la relève féminine de RATM est arrivée.

Après ce premier set qui nous a tous permis d’avoir -5 à chaque oreille, on observe la salle qui se remplie, les gradins hauts sont fermés, les PoR n’ont pas fait salle comble, loin de là. En revanche, les 90% de mâles trentenaires nostalgiques des années 90 et des messages revendicatifs de RATM, Cypress Hill ou Public Enemy n’ont pas hésité à ressortir leurs sweats capuches, élément indispensable pour être en phase avec le groupe.
Le gang des capuches est là ! Laissons la place aux Prophets et leurs évangélismes urban-rap-métal….

 

Les Prophets de la bonne parole

Ca commence avec un mix de DJ Lord  (ex-Public Enemy)… Si les premières minutes sont assez sympa, très vite on se lasse… 20min de mix c’est long !
Il reprend les plus grands tubes du pop/hard/heavydes années 60 à 90. Clin d’oeil à la France avec une reprise de Cut Killer « Assassin de la Police », « tube » jamais réellement sorti qu’on entend dans le film La Haine de Matthieu Kassovitz. On retiendra plus particulièrement les 5 dernières minutes avec son scratch à deux mains, trois platines qui l’a popularisé au sein de la formation hip-hop Public Enemy.

Les lumières s’éteignent, le riff de Tom Morello se fait entendre et c’est parti pour 1h40 de concert non stop.
Ca commence avec la reprise de Public Enemy « Prophets of Rage » et ça donne ca :

La messe est dite…. Pourtant le rythme ne va pas se perdre et les reprises et compos perso de Prophets s’enchainent.

Le son est tout simplement parfait, on a rarement eu l’occasion d’assister à un concert au Zénith de Paris avec un son si propre. Tous les instrus sont clairement identifiables, pas d’écho (peut être grâce à la configuration restreinte de la salle).

 

C’est CHAUUUUD dans la fosse !

La fosse est bouillante, ça saute, ça slam, on voit voler toutes les 10 secondes des verres en plastiques…. qui ne passeront visiblement pas à la consigne. Mais rapidement certains se retrouvent torses nus, chaussures et sweats à capuches volent… La fosse ca se mérite !
Pendant toutes les chansons, les Prophets varient entre poings fermés et doigts bien levés car n’oublions pas, ces revendicateurs pacifiques ont un message clair contre l’administration Trump. Le message est assez explicite :

On a bien sur droit à deux sermons très orientés anti-Trump de B-Real puis Tom Morello mais c’est quelques minutes n’arriveront pas à casser le rythme du concert. On est loin des concerts de BB King avec ses 45min de blabla ou de Santana prônant la paix et l’amour de dieu.

En cette époque difficile, j’aimerai vous encourager à resister à l’oppression et ne pas avoir peur de vous battre pour le monde auquel vous aspirez.
Liberté, éducation, religion, origine.

(Tom Morello, Paris, Le Zénith, 10 novembre 2017)

Ca sautent, ça courent, pas de répit pour les braves, même avec une moyenne d’âge de 50 ans.
Le seul moment « calme » sera l’hommage de Tom Morello qui reprend en version instrumentale Like a Stone en mémoire à son ami Chris Cornell chanteur d’Audioslave et Soundgarden disparu en mai dernier. Laissant le micro orienté côté salle pour que le public chante…. mais pour ça il aurait fallu connaitre les paroles 🙁

 

Rage, Cypress, Public Enemy : Du tout en un !

Les rappeurs Chuck-D et B Real accordent parfaitement leurs voix sur les arrangements des titres de RATM même si il n’est pas évident de passer derrière la voix inimitable de Zack de la Rocha.

Tom Morello semble être le véritable chef d’orchestre de cette formation. Son jeu, encore plus avant-gardiste repousse les limites de son art. Qui d’autre joue avec juste un jack branché à son ampli (sans brancher sa guitare) ?!
Il passe d’une Telecaster à une Kramer, sort sa double manche Gibson 1275, etc… Un festival de guitares mais pas que… Du scratch, de la Wah-Wah, du killswitch, du tapping… Et avec le sourire ! Brillant !

On a le droit à un medley Cypress Hill  / Public Enemy de 15min. Quel bonheur de revivre ces titres trop oubliés qui ont tant marqué le début des années hip-hop.
Après Welcome to the Terrordome, toute la fosse s’accroupit quelques secondes pour mieux sauter dès les première notes stridentes du cultissime Jump Around et là c’est la folie Jump, jump, jump ! (à voir à partir de 1h09min ici)

Le single du dernier album (largement écourté lors du Petit Journal  de Yann Barthès la veille) nous a bien été joué dans son intégralité. Et plusieurs heures après le concert on s’amusera à chanter à tout va « Unfuck the World » tant ce refrain reste bien en mémoire.

Pas de rappel (c’est assez habituel avec ce groupe), concert assez court (c’est aussi assez habituel) mais si ca avait duré 30min de plus, y’a de fortes chances que certains dans la fosse auraient été à ramasser à la petite cuillère.
Evidemment, tout ceci finit avec Killing In The Name, LE titre de Rage Against The Machine qui, 25 ans après, est toujours (et malheureusement) d’actualité. Ses textes qui dénoncent le racisme des institutions et la brutalité policière font encore débat dans notre société et plus encore au Etats-Unis.

Comme la plupart du public présent, on aurait voulu avoir 3-4 chansons supplémentaires (de  Cypress Hill par exemple) ou plus de « battles » entre Tom Morello et DJ Lord. Peut-être pour la prochaine tournée… si prochaine tournée il y a…

 

PROPHETS OF RAGE
Paris, Le Zénith
10 novembre 2017

SETLIST :

1. Prophets of Rage (Public Enemy cover)
2. Testify (Rage Against the Machine cover)
3. Take the Power Back (Rage Against the Machine cover)
4. Guerrilla Radio (Rage Against the Machine cover)
5. Living on The 110
6. Hail to The Chief
7. Bomtrack (Rage Against the Machine cover)
8. Fight The Power (Public enemy cover)
9. Hand on the Pump / Can’t Truss It / Insane in the Brain / Bring the Noise / I Ain’t Goin’ Out Like That / Welcome to the Terrordrome / Jump Around
10. Sleep Now in the Fire (Rage Against the Machine cover)
11. Like a Stone (Audioslave cover) (instrumental)
12. Know your Enemy (Rage Against the Machine cover)
13. Bullet in The Head (Rage Against the Machine cover)
14. Legalize Me
15. Unfuck The World
16. How I Could Just Kill a Man (Cypress Hill cover)
17. Bulls on Parade (Rage Against the Machine cover)
18. Killing in the Name (Rage Against the Machine cover)

credit photo : Prophets of rage

LES + :
-Pas le temps de s’ennuyer
-Un bonheur de réentendre les titres phares de RATM, Cypress Hill et Public Enemy
-L’energie de ce concert
-La fusion avec le public
-Le très bon son

-Le public chaud chaud CHAUUUUD

LES – :
-Concert bien trop court (1h30)
-Les 20min de mix d’intro bien trop long
-Pas de rappel
-Très peu de jeu de lumière

Lineup :
Tom Morello : Lead guitar (rage against the machine)
Tim Commerford : Bass (rage against the machine)
Brad Wilk : Drums (Rage Against The Machine)
Chuck D : Vocals (Public Enemy)
DJ Lord : DJ (Public Enemy)
B-Real : Vocals (Cypress Hill)

Liens utiles :
Pour revoir tout le concert filmé en proshot :
http://culturebox.francetvinfo.fr/musique/rap/prophets-of-rage-au-zenith-de-paris-264653

Prophets of Rage sur facebook

A propos de ce blog

Vous aimez les guitares, les cheveux longs et la sueur de la fosse, ce blog est fait pour vous.

Notre mission : vous faire (re)vivre les concerts auxquels on assiste. Et ne comptez pas sur nous pour brosser les métalleux dans le sens des poils, chez I WAS THERE, on n'est pas des vendus, on paie nos places.

Ce site est aussi le votre, si vous avez des photos, des commentaires ou des liens à partager : n'hésitez pas !

Étiquettes

Elian Écrit par :

2 Comments

  1. Christophe
    12 novembre 2017
    Reply

    Salut,
    Super concert en effet, Set-list de fou!!! ça manque la fusion…. (Silmaris..:)!!)
    Je partage l’avis sur le son même si des gradins la guitare était un peu plus forte parait-il.
    Par contre 18 chansons à ce rythme c’est pas vraiment ce que j’appelle un concert court !
    Mais une vraie battle Tom Morello et DJ Lord c’est vraie que ça l’aurais fait !!!
    Le prochain pour moi c’est Stone Sour !!
    Si t’as une méthode pour enregistrer le vidéo sur culturebox je suis preneur…!! 😉

    • Elian
      14 novembre 2017
      Reply

      Merci pour ton commentaire Christophe.

      Pour la diffusion de Culturebox, je t’invite à regarder leur lien YT : http://www.youtube.com/watch?v=bX6gWY44GZU
      Facile à copier/coller via une appli d’enregistrement mp4 de videos youtube.
      A très vite sur IWT 😉

Laisser un commentaire