Ty Segall fait du bruit au Bataclan

Il est donc plus facile de trouver une alliance dans la fosse du Bataclan qu’un morceau calme dans un concert de Ty Segall. On en a eu la preuve à l’issue de la prestation exaltante et bruyante du prince du garage rock californien.

«J’ai perdu mon alliance»

On approche de la fin des 90 minutes de déluge sonore quand Ty Segall emboîte le pas aux slammeurs et plonge à son tour dans la fosse du Bataclan. Le génial chanteur et guitariste à mèches blondes profite quelques instants de la clameur et des mains chaleureuses de la foule puis s’empresse de revenir sur scène, interrompt le jeune fan à qui il avait momentanément confié sa place et sa guitare et fait de grands signes à ses musiciens pour les sommer d’arrêter de jouer. Il prend le micro, l’air inquiet : « Je viens de perdre mon alliance, s’il vous plaît, est-ce que quelqu’un peut la chercher ? ». Délirant. D’autant qu’il ne faut pas plus d’un quart de seconde pour apercevoir une main tendue vers la scène avec la bague en question. Incroyable. A l’image du concert livré par Ty Segall et son Freedom Band ce jeudi soir à Paris.

Avant ce moment cocasse, les jeunes garage-rockeurs avant transformé le Bataclan en véritable fournaise en seulement quelques secondes, puis attisé le feu pendant plus d’une heure et demie.

Rock brut et guitares saturées

Il est 20h45 quand Segall, jean noir, t-shirt blanc floqué du visage Jim Morrison, et ses copains prennent place sur la scène du Bataclan. Sans mise en scène particulière, les cinq musiciens s’installent côte à côte, dans une configuration en U ouverte vers la salle, et démarrent avec le rock brut et les guitares saturées de Wave Goodbye. Le ton est donné. C’est fort. Très fort. Il vaut mieux avoir les tympans bien accrochés. La première demi-heure voit s’enchaîner les morceaux à un rythme fou. Les âmes sensibles se rétractent et quittent la fosse les doigts sur les oreilles. Il faut dire que ça pogote sévère dans le pit.

Le groupe alterne les titres courts et les morceaux plus longs qui laissent libre cours aux jams et improvisations, duels ou harmonies de guitares et solo de clavier tendance psychédélique notamment sur un interminable Warm hands que n’auraient pas renié les Doors.

Plaisir communicatif

Entre les déluges sonores et cordes de guitares cassées en plein morceau, les musiciens échangent regards et sourires complices. Ils jouent autant pour le public que pour eux. Tous ont les yeux rivés vers le maestro, seul moyen de savoir ce qui va suivre. C’est à se demander si une set-list a été établie avant le concert.

Celle-ci fait la part belle à Freedom’s Goblin, l’excellent dernier disque du prolifique Segall (tout juste 30 ans et déjà 7 disques solos à son actif, le prochain arrive en juillet), avec notamment les endiablés She ou Fanny Dog (oui, c’est sa chienne), le groove pop de Desployer of Cadaver ou la reprise de Hot Chocolate, Every 1´s a Winner. Ces deux derniers apportent un peu de musicalité dans ce maelstrom sonore mais même la belle mélodie de My Lady’s on Fire subira les affres des guitares saturées. Si les nouveaux titres sont déjà bien accueillis par le public, les classiques réussiront tout de même à faire monter la température (Ceasar, Squealer, etc.).

And, Goodnight et son intro qui n’est pas sans rappeler le son du Crazy Horse de Neil Young semble clore la soirée. C’était sans compter sur l’infatigable Segall qui offrira au public parisien un rappel ponctué par un slam miraculeux et un solo de guitare porté par la foule (voir la vidéo ci-dessous).

 

 

A propos de ce blog

Vous aimez les guitares, les cheveux longs et la sueur de la fosse, ce blog est fait pour vous.

Notre mission : vous faire (re)vivre les concerts auxquels on assiste. Et ne comptez pas sur nous pour brosser les métalleux dans le sens des poils, chez I WAS THERE, on n'est pas des vendus, on paie nos places.

Ce site est aussi le votre, si vous avez des photos, des commentaires ou des liens à partager : n'hésitez pas !

Étiquettes

David Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image