Guns n’ Roses @Download Festival Paris (18/06/2018)

Take me down to… Bretigny-Sur-Orge

Deux ans après leur reformation historique et douze mois après leur passage explosif au Stade de France, Axl, Slash et Duff, les membres historique de Guns n’ Roses, ont clôturé en beauté la 3ème édition française du Download Festival. Un concert sans surprise mais toujours aussi jouissif.

Guns n’ Roses, c’est notre chouchou. Le groupe de notre adolescence. Notre madeleine de Proust musicale. Les musiciens qui ont fait germer la graine du rock dans nos veines. Autant vous dire qu’on n’avait pas raté les retrouvailles enflammées – bien que formatées – d’Axl, Slash et Duff avec le public européen en 2017. On a même passé l’été dernier entre Lisbonne, Londres et Saint-Denis.

Cette année encore, impossible d’y échapper. Première date au programme : le Download Festival au Sud de Paris, avant Bordeaux le 26 juin.

Il faut beau et chaud ce lundi après-midi sur l’ancienne base aérienne de l’armée de Brétigny-sur-Orge, terre d’accueil du Download Festival. Le groupe est annoncé à 20h. Quart d’heure de politesse oblige, il est 20h15 quand le logo emblématique du groupe de Los Angeles apparaît sur les écrans géants de la Main Stage. Il faut se coltiner les 10 minutes de l’interminable (et inutile) film d’animation en introduction avant d’entendre la basse de Duff slapper les première notes d’ It’s So Easy. Roulement de batterie de Frank Ferrer, riff de guitares de Slash et Richard Fortus, Dizzy Reed et Melissa Reed font semblant de jouer derrière leurs claviers, avant l’entrée en trombe d’Axl Rose.

Lunettes de soleil sur le nez et emblématique bandana rouge sur la tête, Axl est en forme. Le rouquin court, danse, saute, envoie des sourires à tout va et blague avec ses musiciens. Il transpire la bonne humeur. Son t-shirt noir cache habilement une petite bedaine. Le beau gosse du début des années 1990 a laissé place à un étrange croisement entre Benny Hill et Porcinet. Slash et Duff, taciturnes et fidèles au poste, sont devenus les bons lieutenants du leader de Guns n’ Roses.

Mr. Brownstone, Chinese Democracy, Welcome To The Jungle, Double Talkin’ Jive… Slash et compagnie enchaînent les classiques. Pas de surprise, c’est la même rengaine depuis deux ans. Après Better (un ton en dessous) et Estranged (un ton au-dessus), il faut attendre une reprise de Paul McCartney (!) pour transformer la fosse en véritable fournaise. Les explosions de Live and Let Die semblent lancer les concours de slam dans le pit. La demi-heure qui suit est terrible. Aucun répit pour les premiers rangs. Ça pousse. Ça joue des coudes. Même si les fans hardcore côtoient les festivaliers néophytes dans la bonne humeur, il faut faire attention à la casse (surtout aux lunettes).

Cette demi-heure intense offre enfin un peu de nouveautés. D’abord Slither, la reprise de Velvet Revolver, sur laquelle Axl semble particulièrement à l’aise et qui voit Slash gratter sur sa Gibson un solo-signature court mais digne de Your Use Your Illusion. Puis Shadow of Your Love, titre (presque) inédit sorti de la cave pour promouvoir la sortie du coffret Locked n’ Loaded à la fin du mois. Ce morceau enregistré en 1986 dégage une énergie punk exaltante et rafraîchissante, parfaitement complétée par les rythmes endiablés de You Could Be Mine et New Rose, la reprise du groupe punk anglais The Damned, avec Duff au chant. Musicien complet, le bassiste ne manque pas, comme à chaque concert, d’entonner le premier couplet du génial You Can’t Put Your Arms Around a Memory de feu Johnny Thunders, l’un des rares moments de grâce de la soirée.

De l’autre côté de la scène, Slash n’a rien perdu de sa coolitude. Gibus vissé sur le crâne, bouclettes et t-shirt mouillés, le guitar-hero donne de sa personne, solo après solo, tout seul (Johnny B. Good, Le Parrain) ou en duo, avec Richard Fortus (notamment pour Wish You Were Here) ou avec Axl (Layla puis November Rain).

La nuit tombe sur Brétigny pendant l’incontournable ballade du groupe. Si certains versent une larme, on s’ennuie un peu. C’est le début d’un tunnel un peu mollasson, mais qui a le mérite de laisser un peu respirer les premiers rangs. Black Hole Sun, la reprise de Soundgarden, ne relève pas le niveau, pas plus que Knockin’ on Heaven’s Door. L’interprétation du chef d’œuvre de Bob Dylan a perdu de sa superbe au fil des années.

La fin de concert est à l’avenant. Malgré un bon Nightrain, Sorry vient plomber le début du rappel, tout juste relevé par Don’t Cry et le killer solo de Slash. Il faut attendre The Seeker, la reprise énergique des Who (la voix d’Axl est parfaite pour ce morceau) et l’incontournable Paradise City pour finir en beauté, entre les confettis et les feux d’artifice.

 

Set-list
Guns n’ Roses
Download Festival, Paris
18 juin 2018  

01. It’s So Easy
02. Mr. Brownstone
03. Chinese Democracy
04. Welcome to the Jungle
05. Double Talkin’ Jive
06. Better
07. Estranged
08. Live and Let Die
09. Slither
10. Rocket Queen
11. Shadow of Your Love
12. You Could Be Mine
13. New Rose
14. This I Love
15. Civil War
16. Coma
17. Slash Guitar Solo (Johnny B. Goode/Love Theme From The Godfather)
18. Sweet Child O’ Mine
19. Wichita Lineman
20. Used to Love Her
21. Yesterdays
22. Wish You Were Here
23. November Rain
24. Black Hole Sun
25. Knockin’ on Heaven’s Door
26. Nightrain

Encore:
27. Sorry
28. Don’t Cry
29. The Seeker
30. Happy Birthday Dizzy
31. Paradise City

GALERIE PHOTOS

A LIRE AUSSI

Slash – Paris@Le Zénith (2012)

AXL/DC, monstre à deux têtes (2016)

A propos de ce blog

Vous aimez les guitares, les cheveux longs et la sueur de la fosse, ce blog est fait pour vous.

Notre mission : vous faire (re)vivre les concerts auxquels on assiste. Et ne comptez pas sur nous pour brosser les métalleux dans le sens des poils, chez I WAS THERE, on n'est pas des vendus, on paie nos places.

Ce site est aussi le votre, si vous avez des photos, des commentaires ou des liens à partager : n'hésitez pas !

Étiquettes

David Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image