Jack White n’a conquis que ses fans

Jack White
Paris @Olympia
4 juillet 2018

2ème soir pour Jack White à Paris-Olympia, je laisse David a ses émotions de la veille et cette fois-ci je m’y colle. Pour moi aussi ce fut un baptême en Blanc pour cet artiste qui fait beaucoup parler la bobosphère et les pseudos rockeurs qui trouvent Bon Jovi trop métal pour eux.
Après ce concert à guichets fermés, je vais essayer d’analyser ce phénomène qui m’échappe un peu.

Arrivé tardivement je n’ai malheureusement pas pu assister au flow du rapeur Shirt, la 1ère partie de Jack White… Dommage, j’aurai bien voulu voir son T…..Shirt. Je vous renvoie donc aux quelques lignes de David hier sur sa prestation…incomprise.

Sachant que le concert commençait à 21h, je me pose au bar de l’Olympia pour déguster ma pinte de Kro à 8€ (soit environ le prix du pack de 20 dans tous les Franprix de France) et prendre le pouls du public venu écouter Mr Blanc…
On est sur une population pour la majorité entre 33 et 42 ans (il faut être précis!) sentant bon le déodorant pure protection 48h et l’essence de parfum de fleurs avec un soupçon de musk pour rappeler à bobonne assise à côté qu’on est des mecs qui écoutent du « Rock ».
Pas de T-shirt Rock (d’ailleurs la boutique de merchandising n’a pas fait recette ce soir), pas de cheveux gras, pas de veste en jeans sans manche avec patches de groupe de Hard Rock des années 80-90 (ça sera pour ce soir avec le concert des Iron Maiden…), pas une seule effluve de transpi, on est sur du propre et du « Jean-Christophe & Marie-Catherine du 16ème qui aiment se balader dans les allées de Rock en Seine car ça fait bien sur Instagram« . Et une grand population anglophone qui visiblement le suit en tournée (y’a des masos partout).

Pas de bras, pas de chocolat

Le concert commence à l’heure, enfin je pense car je n’ai pas de montre, et comme l’a très bien dit David hier sur sa chronique du concert de Jack White du 3 juillet 2018, tous les portables sont INTERDITS (à l’exception de son photographe officiel, qui a été très discret pendant tout le concert).
Un rappel par mail et une note circulant dans les allées de l’Olympia nous le rappelaient sans cesse.

Je vous renvoie sur l’article de Konbini pour plus de détails sur le pourquoi du comment d’une telle opération (marketing/buzz ou simple caprice de star ?)…

Evidemment, rebelle comme je suis, il en fallait plus pour m’arrêter…
Rebelle mais aussi respectueux de l’artiste, alors je n’ai fait que 2 photos de la soirée, évidemment ne reflétant aucunement le concert et l’ambiance et dont la qualité reste somme toute très relative.

Je ne rentrerai pas dans le détail, ça ferait redondant avec la chronique du concert d’hier, je parlerai plus de l’ambiance et de l’engouement des fans pour Jack White qui m’a surpris et interloqué.

Pourquoi ?… je me pose encore la question !

Le décor était minimaliste malgré des écrans géants derrière la scène sans réel intérêt et complètement sous exploités avec des effets visuels dignes des plus belles VHS visionnées 300 fois sur le magnétoscope de mamie Ginette. Le tout dans un environnement avec une forte domination de bleu, sa couleur Signature depuis quelques années. Il aurait du s’appeler Jack Blue !

Le son était dégueulasse, voix saturée inaudible, les basses baveuses, ses guitares sortaient juste du bruit. Une cacophonique générale qui m’a perdu très vite.

Est-ce vraiment fait exprès ? Ils auraient pu faire les modifications nécessaires suite aux retours du concert de la veille, mais non, pourquoi s’emmerder alors que c’est sold-out et qu’il y a 2 000 « fans » qui ont payé et qui ne sont visiblement pas très exigeants sur la qualité sonore !!

Côté matos, Jack a délaissé ses guitares cheapouilles et nous a sorti l’artillerie lourde avec 6 guitares différentes :

  • x1 Kay Archtop Hollowbody (qu’il a joué sur Seven Nation Army)
  • x1 Gretsch Ranger Falcon white cutaway
  • x1 Gibson Jeff Skunk Baxter Firebird Signature

Et pour ses beaux yeux sombres, 3 modèles custom :

  • x1 Erniball Musicman St Vincent customisée avec micros Lace Sensor (jouée sur un titre, le meilleur son du set!)
  • x1 EVH Wolgang Custom avec 3 humbuckers et quelques modifications esthétiques (covers/kill switch bleu foncé)
  • x1 EVH Wolfgang Special manche maple, 3 humbuckers et une couleur bleu clair très particulière…. faut aimer – Il ne l’a pas joué ce soir.

Jack White et le strict minimum

Dès le deuxième morceau, je savais que la soirée serait longue et elle le fut….même si 1h30 de concert c’est court et limite insultant pour le public… surtout pour un artiste qui fête cette année ses 20 ans de carrière.

Je ne connaissais que très peu Jack White et ce soir j’ai vu un homme froid, sans réelle communion avec le public, pareil avec ses musiciens, juste une phrase de 4 mots à son audience trop captivée par son aura (que je cherche encore).

Phénomène pour moi inexplicable. Comment peut-il fédérer autant autour de lui ?!
Où est-ce juste le prolongement de son dernier album, difficilement écoutable en intégralité… Mes questions restent à ce jour sans réponse.

(Seuls) Points positifs :  Why Can’t You Be Nicer to Me? qui fut joué pour la première fois depuis 2007. L’émerveillement des fans était palpable.
Seven Nation Army a permis à toute la mezzanine de se lever pour quelques minutes avant que les artistes ne regagnent les coulisses définitivement. Bizarrement j’ai eu l’étrange impression que Jack White avait du mal à accepter cette chanson qui est devenue un riff vocal repris par toute une génération. Que ce soit les ados en manquent de Biactol, les supporters Kronembourg du club municipal du quartier, les gros lourds fêtant l’EVG de leurs potos ou les spectateurs d’une émission de variétés à succès… bref, on l’entend partout et souvent associée à tout ce que White ne veut pas : le populisme et la beauferie festive. C’est peut-être pour cela qu’il nous gratifie depuis quelques années d’albums-concept où seul le packaging est une valeur ajoutée.

Une chose est sûr, les 68.75€ pour une place en mezzanine seront bien mieux dépensés la prochaine fois.

SETLIST
Jack White, Paris Olympia
4 juillet 2018

1. Sixteen Saltines
2. Over and Over and Over
3. Cannon
4. Black Math
5. Corporation
6. Everything You’ve Ever Learned
7. Cannon
8. The Big Three Killed My Baby
9. Why Walk a Dog?
10. Just One Drink
11. Hotel Yorba
12. Blunderbuss
13. Why Walk a Dog?
14. Broken Boy Soldier
15. Ice Station Zebra
16. Humoresque
17. Dead Leaves and the Dirty Ground

Encore:
18. Icky Thump
19. What’s Done Is Done
20. You’ve Got Her in Your Pocket
21. Connected by Love
22. Why Can’t You Be Nicer to Me? (première fois joué depuis 2007!)
23. Steady, as She Goes
24. Fell in Love With a Girl
25. Seven Nation Army

A propos de ce blog

Vous aimez les guitares, les cheveux longs et la sueur de la fosse, ce blog est fait pour vous.

Notre mission : vous faire (re)vivre les concerts auxquels on assiste. Et ne comptez pas sur nous pour brosser les métalleux dans le sens des poils, chez I WAS THERE, on n'est pas des vendus, on paie nos places.

Ce site est aussi le votre, si vous avez des photos, des commentaires ou des liens à partager : n'hésitez pas !

Étiquettes

Elian Écrit par :

2 Comments

  1. Sam
    5 juillet 2018
    Reply

    J’adore votre site.
    Tu as mal observé… j’ai 45 ans et avais un t-shirt des Sonics et une bonne journée de boulot et de métro (la ligne 8 en plus) derrière moi,
    J’ai trouvé le set en dents de scie certes mais c’était pas si mal,
    Le rappel était bon, il devenait alors impensable de rester vissé à son siège.
    Je suis ok avec ce que tu écris sur Seven nation army, « le dernier grand riff du rock » comme le disait Assayas lors du concert privé de White sur France inter en mars dernier.
    Et puis les portables interdits, cela permet de lutter contre les tendinites et cela fait un bien fou d’être concentré sur le live (comme pour A Perfect Circle au même endroit il y a une semaine).

    • Elian
      5 juillet 2018
      Reply

      Merci Sam pour ton commentaire et ton intérêt sur IWT. Je suis bien entendu d’accord avec toi. J’y vais un peu fort mais bien souvent pour la bonne cause.
      A+ pour un autre concert !

      PS : J’avais bien noté « 33-42 ans dans « la grande majorité », ce n’est donc pas exclusif 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image