Atterrissage réussi pour Iron Maiden

Iron Maiden
Paris @AccorHotels Arena
05 juillet 2018

Il fallait bien un concert d’Iron Maiden pour remonter le niveau de cette semaine riche en concerts.
Après la catastrophe industrielle de Jack White, on prend un peu de hauteur avec les Anglais d’Iron Maiden à l’AccorHotels Arena de Paris. Enfin un concert où il fait bon vivre où les torses dégoulinants de sueur se collent les uns aux autres avec sourire et bienveillance.

Le cru Maiden de 2018 a tenu ses promesses. Les rockeurs se sont écartés des morceaux de leur dernier album The Book Of Souls pour nous délivrer un best of théâtral et comme le dit si bien Bruce Dickinson en français dans le texte « nous racontons des histoires avec nos chansons et nous racontons des histoires avec le live, ce soir le concert aura lieu en 3 chapitres autour de la thématique de la guerre ». Tout un programme !
Le chanteur du groupe anglais fait l’effort de parler en français, de faire des blagues sur l’équipe de France de football (il souhaite une demi-finale France-Brésil… dommage pour lui, peut être dans 4 ans 🙂 mais son coeur bat quand même pour son pays… l’Angleterre) et même quelques boutades avec beaucoup d’auto-dérision, par  exemple sur ses origines anglophones en se qualifiant de « Rosbeef », ce qui a bien faire rire l’assemblée présente.


Mais il prend aussi quelques minutes pour parler plus sérieusement de la guerre d’indépendance Angleterre-Ecosse et la rébellion des jacobites pour la liberté (en mentionnant le film Braveheart de Mel Gibson, histoire que tout le monde comprenne :-)). Oui, nous sommes bien dans un concert d’Iron Maiden !
Ce speech de quelques minutes vient introduire les 2 prochains titres (The Clansman  et The Trooper) relatant ses dires sur la nécessité de se battre pour gagner sa liberté.

Les titres s’enchaînent avec un changement de décor pour chacun d’eux. Certains y verront du kitch, d’autres de l’audace.
Quoi qu’il en soit, c’est leur marque de fabrique et le public vient aussi pour ce spectacle visuel.
Là, pour le premier morceau Aces High, ils ont tout simplement fait monter sur scène la carlingue d’un chasseur monoplace, le Supermarine Spitfire, coucou de la seconde guerre mondiale et qui a fait les bonnes heures des alliés. Un clin d’oeil surement appuyé par Bruce, lui-même pilote de ligne

On est entre un Opéra Rock et une pièce de Théatre Classic Rock. Chaque tableau raconte une histoire, certes on n’est pas au niveau d’un Alice Cooper mais on ne peut pas dire que les Iron Maiden se reposent sur leurs lauriers. De tournée en tournée, ils se réinventent pour proposer toujours des choses nouvelles.

Pour l’amour de ses fans

Le groupe a très bien compris l’impact des fans sur une carrière. A l’instar de KISS et ses produits dérivés aussi ridicules les uns que les autres, Maiden respecte son public et diversifie son merchandising de manière moins poussif, certes mercantile mais moins vache à lait que les Américains peinturlurés de noir et de blanc.
Qui a déjà acheté des cordes KISS de air guitar ?

Les boutiques officielles poussent tous les 20m dans les couloirs de l’AccorHotels Arena. Comme s’il restait encore quelqu’un sans son T-shirt Iron Maiden officiel ?!
C’est assez frappant de voir que cette musique est autant transgénérationnelle, nous avons croisé beaucoup d’enfants de moins de 10 ans avec T-shirt à effigie du groupe, casque antibruit avec papa fier d’emmener sa progéniture faire son baptême du son. Quand on est fan, on est fan ! …. et on le fait savoir :

 

La tournée est bien rodée et laisse peu de part à l’improvisation ou au changement de setlist (cela peut se comprendre vu les décors pré-réglés).

Malgré un placement très loin dans les gradins et un son « de Bercy », pas trop le temps de s’endormir !

Les membres du groupe, tous la soixantaine bien frappée, sautillent comme des enfants pendant 2h, menés par un Bruce Dickinson pouvant donner une leçon de marathon à Axl Rose. Mais comment fait-il pour courir autant sans rien perdre de sa voix ?! Oxygène en coulisses ou tout simplement il carbure au fuel Maiden !

Une mention toute particuliere au guitariste, 3ème couteau Jannick Gers qui n’a pas arrêté de sautiller, lancer sa guitare, toujours avec le sourire…. en revanche Jannick, c’est bien de faire le show mais à un moment ça va se voir que tu ne joues pas 🙂 !

Sur scène, leur joie de vivre est communicative.

Un très bon concert  ! Hâte de les retrouver pour leur(s) prochaine(s) tournée(s)

Setlist
Iron Maiden
Paris @AccorHotels Arena
05 juillet 2018

01. Aces High
02. Where Eagles Dare
03. 2 Minutes to Midnight
04. The Clansman
05. The Trooper
06. Revelations
07. For the Greater Good of God
08. The Wicker Man
09. Sign of the Cross
10. Flight of Icarus
11. Fear of the Dark
12. The Number of the Beast
13. Iron Maiden

Encore:
14. The Evil That Men Do
15. Hallowed Be Thy Name
16. Run to the Hills

Et pour terminer avec une note de poésie comme on sait si bien le faire sur I-WAS-THERE, les fans d’Iron Maiden sont tellement en osmose avec leur groupe qu’ils en oublient d’aller aux toilettes…. mais ils ont trouvé la parade pour ne rien rater du show malgré visiblement de GROSSES envies pressantes…. je vous laisse juger ci-dessous.

Et bon appétit bien sûr 🙂

Galerie photos
Iron Maiden
Paris, 5 juillet 2018

A propos de ce blog

Vous aimez les guitares, les cheveux longs et la sueur de la fosse, ce blog est fait pour vous.

Notre mission : vous faire (re)vivre les concerts auxquels on assiste. Et ne comptez pas sur nous pour brosser les métalleux dans le sens des poils, chez I WAS THERE, on n'est pas des vendus, on paie nos places.

Ce site est aussi le votre, si vous avez des photos, des commentaires ou des liens à partager : n'hésitez pas !

Étiquettes

Elian Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image