Little Steven and The Disciples of Soul : l’école du rock à Paris

Little Steven and The Disciples of Soul
L’Alhambra – Paris
05 juillet 2018

Un an après leur prestation flamboyante à la Cigale, Steven van Zandt et ses disciplines de la Soul ont évangélisé l’Alhambra en revisitant 50 ans de musique américaine.

Steven van Zandt, alias Little Steven, alias Miami Steve, est un homme aux multiples visages. Fidèle compagnon de Bruce Springsteen pour les uns, acteur emblématique des séries Les Sopranos ou Lilyhammer pour d’autres, et même animateur radio pour les plus connaisseurs (Little Steven Underground Garage). Mais c’est aussi, et on le sait moins, un artiste solo auteur de 5 albums engagés dans les années 80 et 90.

En attendant le prochain coup de fil du Boss, Stevie a compilé vieilles compositions et reprises dans l’excellent SoulFire, sorti en 2017 – son premier disque en 18 ans -, qui mêle blues, garage, doo-wop et soul avec brio.

C’est ce savant mélange des genres – qui a fait naître et grandir le rock – que les Disciples de la Soul proposent sur scène depuis 2017.

Du rock cuivré teinté de rhythm and blues

Il est 20h05 quand le rideau de velours de la petite salle parisienne se lève pour dévoiler les 14 (!!!) musiciens qui accompagnent Little Steven. Une section de cuivre, des percussions, un bassiste, un guitariste, deux claviers, et trois choristes lancent l’intro de l’emblématique et génialissime Sweet Soul Music d’Arthur Conley. “Do you like good music ?” chante Little Steven, incontournable bandana sur le crâne et foulard autour du cou.

Le maître de cérémonie arpente la petite scène bien remplie de l’Alhambra, distribue sourires utlra-bright et clins d’oeil à l’envi. On le sent heureux d’être là, ses musiciens aussi, malgré une assistance pas vraiment au rendez-vous. Dommage pour les absents.

Le Tour de l’Amérique en musique

Pendant 2h30 (quand même !), Stevie (67 ans déjà) et ses disciples revisitent l’histoire de la musique américaine. Du blues de Chicago (The Blues Is My Business) au rock du New-Jersey aux inévitables accents springsteeniens (Love on the Wrong Side of Town, Some Things Just Don’t Change), en passant par la soul de Detroit (The City Weeps Tonight) et le funk de James Brown  (Down and Out in New York City)… c’est un véritable tour de l’Amérique en chanson.

Les cuivres imposent un rythme flamboyant soutenu par des percussions et des choeurs soignés. Le groupe enchaîne les titres souvent accrocheurs et mélodieux. Même les morceaux très marqués années 80 des précédents disques de Little Steven (Forever, Princess of Little Italy, Out of the Darkness) passent parfaitement bien.

Le lieutenant de Springsteen, plus habitué à jouer les seconds couteaux, occupe le devant de la scène avec aisance. Avec ou sans guitare. En bon meneur de revue, il met en avant tour à tour et laisse s’exprimer chacun de ses musiciens dans la joie et la bonne humeur. Pour notre plus grand plaisir.

Set list du concert du 9 juillet 2018

01. Sweet Soul Music (Arthur Conley cover)
02. Soulfire (The Breakers cover)
03. Lyin’ in a Bed of Fire
04. Inside of Me
05. The Blues Is My Business (Etta James cover)
06. Love on the Wrong Side of Town (Southside Johnny & The Asbury Jukes cover)
07. Until the Good is Gone
08. Angel Eyes
09. Under the Gun
10. Some Things Just Don’t Change (Southside Johnny & The Asbury Jukes cover)
11. Saint Valentine’s Day (Cocktail Slippers cover)
12. Standing in the Line of Fire (Gary “U.S.” Bonds cover)
13. I Saw the Light
14. Salvation
15. The City Weeps Tonight
16. Down and Out in New York City (James Brown cover)
17. Princess of Little Italy
18. Ride the Night Away (Jimmy Barnes cover)
19. Bitter Fruit
20. Forever

Encore:
21. I Don’t Want to Go Home (Southside Johnny & The Asbury Jukes cover)
22. Out of the Darkness

Lineup Little Steven and The Disciples of Soul

Stevie Van Zandt – Guitare, Chant
Marc Ribler – Directeur musical, Guitare
JaQuita May – Chant
Sara Devine – Chant
Tania Jones – Chant
Andy Burton – B3 Organ, Accordéon, Synthé
Lowell “Banana” Levinger – Piano, Mandoline
Jack Daley – Basse
Rich Mercurio – Batterie
Eddie Manion –  Sax
Stan Harrison – Tenor Sax, Flute
Clark Gayton – Trombone
Ravi Best – Trompette
Ron Tooley – Trompette
Anthony Almonte – Percussion

A propos de ce blog

Vous aimez les guitares, les cheveux longs et la sueur de la fosse, ce blog est fait pour vous.

Notre mission : vous faire (re)vivre les concerts auxquels on assiste. Et ne comptez pas sur nous pour brosser les métalleux dans le sens des poils, chez I WAS THERE, on n'est pas des vendus, on paie nos places.

Ce site est aussi le votre, si vous avez des photos, des commentaires ou des liens à partager : n'hésitez pas !

Étiquettes

David Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image