Mark Knopfler à Londres, c’est toujours mieux la deuxième fois

Mercredi 22 mai 2019. Le Royal Albert Hall de Londres redonne sa chance à Mark Knopfler. Même concert ? Même setlist ? Mêmes invités ? On vous dit tout sur ce deuxième soir au RAH.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, vous pouvez lire la chronique du concert de la veille (21 mai au Royal Albert Hall de Londres) :

Nous nous sommes quittés la veille sur un bon concert mais mitigé sur plusieurs aspects :

  • Un son d’ensemble assez mauvais (reverb/écho de la salle).
  • Setlist sans surprise.
  • Pas d’invité (les guests ont du être bloqués chez eux par l’annonce du retrait de Theresa May).
  • Pas mal « d’erreurs » de son et des pains de guitares durant une bonne partie du concert.

Donc, ça s’annonçait assez compliqué pour ce soir…
Après, si on fait un bref retour en arrière… sur l’ensemble des concerts de Mark Knopfler au RAH depuis 1996, globalement, il joue mieux le deuxième soir.
On va garder cette stat en tête.

Dej avec Vincent pour débriefer de la veille et surtout parler d’autres choses… car MK c’est sympa mais y’a tellement à dire sur Roger Waters, Nick Masson, Laurent Wauquiez ou les maisons closes de Levallois…
Un déj avec Vincent sans quelques répliques cultes d’Audiard et de OSS117 n’aurait pas de sens. Comme je ne suis pas radin, je vous en mets une ci-dessous :

-Une dictature c’est quand les gens sont communistes, déjà. Qu’ils ont froid, avec des chapeaux gris et des chaussures à fermeture éclair. C’est ça, une dictature, Dolorès.

-D’accord. Et comment vous appelez un pays qui a comme président un militaire avec les pleins pouvoirs, une police secrète, une seule chaîne de télévision et dont toute l’information est contrôlée par l’État ?

-J’appelle ça la France, mademoiselle. Et pas n’importe laquelle ; la France du général de Gaulle.

OSS117 Rio ne répond plus, 2009

Après-midi balades par un temps toujours aussi radieux où les pintes/verre de rouge commencent à faire leurs effets…. il est temps de se prendre un transat et d’écouter le soundboard officiel du live de Barcelone . Des chroniques de l’ensemble des FLAC/mp3 arriveront dans les prochains jours. D’ici là, vous pouvez toujours jeter un œil sur les anciens lives officiels
Si vous avez 5min, vous pouvez aussi lire le live report de Barcelone, le concert kickoff de la tournée Down The Road Wherever.

Je décuve avant le grand show de ce soir….

Des invités de Mark

Encore du beau monde ce soir… Pas de Tom Jones cette fois, surement un rendez-vous d’urgence à la clinique pour une injection de botox… mais John Illsley (ex bassiste et membre fondateur de Dire Straits), Hal Lindes (guitariste rythmique de Dire Straits) et…. Brian Johnson (chanteur d’AC/DC) ont fait le déplacement. Brian Johnson, sûrement venu soutenir son Geordie-poto Marko et peut-être même (re)pousser la chansonnette :

Devant l’entrée des artistes c’est un festival, chacun y va de son selfie avec n’importe quel membre du groupe sorti pour une pause clope ou un petit bain de foule.
Un concours de selfies-quéquettes-autographes à celui qui aura la plus belle. A ce petit jeu, contre toute attente c’est Sophie qui a la plus belle… suivie de près (au sens propre comme au sens figuré) par Kamel, entre deux paquets de bonbons, il prend quand même le temps de se prendre en photo avec ianto, Dany, John and co….

Dans les couloirs du RAH, ça s’agite… Une véritable chasse à l’homme est engagée pour avoir LA photo avec le/la VIP. Je croise mes amis espagnols, Julio en tête et heureux (comme s’il avait gagné les Européennes dès le premier tour) de me montrer sa photo avec Hal Lindes,
Denis, lui, nargue Kamel avec une photo floue de paparazzi prise de Issy Knopfler (la fille de…), photo qui aurait pu figurer dans le dossier des preuves de l’existence du Big Foot tant la qualité est indiscutable. Mais visiblement, cette photo hante les nuits de notre sosie de Smaïn, Kamel…. il lui en faut peu !
Je croise aussi le club des « M » : Mat, Marteen, Martijn. Puis celui des « i », Ingrid, Isaac…. le monde entier a fait le déplacement.. une deuxième fois !
Les Français de la dernière ère AFMK sont là : Marithé la gentille organisatrice et son bus de seniors 😉
Bon, trop de noms à citer… bref, y’avait du monde !

Le même concert qu’hier ?

Comme hier, la première partie sera une pinte au Heineken bar…. ça faisait au moins 2h, j’avais soif ! Kamel préfère les chips… tout s’explique ! 🙂

La veille en fosse, cette fois en gradins, côté jardin (je vous invite à aller sur Wikipédia pour en savoir plus… ou demandez à Vincent, entre deux posts Facebook contre les gilets jaunes il devrait pouvoir vous répondre :-)).

Un Royal Albert Hall soldout…. comme vous pouvez le voir.

Ce soir, les fans sont moins « chauds », on va peut être avoir droit à un concert avec moins d’excités du bocal.

Ca commence par Why aye Man (pour changer :-))
Le son est comme la veille : Vraiment pas top. de la reverb, de l’écho mais toujours un son de guitare puissant, rond, le son qu’on avait laissé la veille…. et en 2015.
Ô miracle, les dieux m’ont écouté : Pas d’emmerdeurs devant moi…. mais à côté ! Y’a pas de justice pour tous 🙁
Deux couples d’amis venus d’Allemagne m’ont pourri 2 chansons. Mais quel manque de civisme que de faire déplacer toute une rangée en pleine chanson pour aller pisser ?!!! Ils ne pouvaient pas attendre 2min ? Et rebelote pour le retour…. la même chose !!!
INSUPPORTABLE.

Très peu de pains, sur Why Aye Man, Marko passe très bien ses petits licks de Blaydon Races, toujours avec le sourire et surement une joie d’être sur scène pour une tournée d’adieu qui prend de moins en moins d’airs de Farewell Tour.

Un travail d’équipe !

Mark Knopfler- Sailing To Philadelphia
Londres, Royal Albert Hall – 22 mai 2019

Là où je suis placé je peux mieux voir le travail des hommes de l’ombre, les musiciens mais également les roadies….
D’ailleurs, un roadie est positionné derrière IanTo avec son petit tambourin, prêt a venir sur scène pour lui installer. Ce gars a passé 1h de concert assis à attendre son moment de gloire…. dans le noir !

Gros travail de Richard Bennett en rythmique, quel métronome ! Il est là, droit comme un « i », en place.
Richard, fidèle bras droit, toujours à gauche de Mark. Juste Parfait.

Richard Bennett, un bras droit, à gauche de Mark et au centre de la photo
Londres, Royal Albert Hall, 22 mai 2019

Sur le côté, la complicité entre les percus (Dany) et la batterie (Ianto) ne peut être fake, où alors ce sont de très bons acteurs (en plus d’être de bons musiciens).

Les titres s’enchaînent et MK devient de moins en moins catégorique sur sa retraite. Il semblerait que des concerts en terres anglaises pourraient encore avoir lieu dans les prochaines années…. en tous cas il le laisse sous entendre.

Le concert est bien mieux, nettement plus fluide, moins poussif. Malheureusement, pas de Silvertown Blues mais On Every Street. Que… que je n’ai pas pu apprécier en raison des allers/retours de pauses pipis incessants de mecs voisins mangeurs de Bretzel et gros buveurs de pintes :(.

Qui a été le king of the running bulls ?

Mark Knopfler – Speedway At Nazareth
Londres, Royal Albert Hall, 22 mai 2019

On en a parlé en fin d’article hier, pour les retardataires, je vous invite à lire le live report du concert de la veille.

Qui s’est imposé sur le Run Of The Bulls ? Qui a eu le Saint Graal ? Le privilège d’avoir LA place aux pieds du micro de Mark Knopfler ?
Réponse : Vincent ! Encore lui… décidément, il est bien trop cité dans cet article, Vivement le concert de Birmingham qu’il nous foute la paix !
En effet, notre élu local n’est pas que le digne fils d’Alain Juppé (le meilleur d’entre nous!), il fut aussi l’espace d’un rappel le King of the Running Bulls. Et quelle course !!!! il aura juste fallu qu’il se lève de son siège bien confortable du carré or pour avancer de 2 pas vers la scène.
Même si ça ne se voit pas trop, Vincent est d’une grande souplesse et aime les grands écarts. Il peut passer d’Audiard à OSS117 comme de Patrick à Isabelle Balkany.
Bravo à toi, tu as bien mérité ce titre honorifique.

Une petite pensée à Kamel qui malgré son entraînement chips/bonbons n’a pu approcher cette place stratégique.

Mais ne nous inquiétons pas, le plus grand conteur du concert de Dire Straits au stade de Sapiac de Montauban (le 26 septembre 1992) a surement quelques histoires de sa soirée à nous raconter pour les 20 prochaines années…

Comme la veille, quelques fans ont voulu faire partir un Oe Oe Oe pendant les applaudissements du 1er rappel ! Heu… les gars, l’idée est de le lancer quand le groupe est sur scène, après c’est trop tard.
Et en effet, ce fut trop tard.

En rappel, Mark revient pour LE tube Money For Nothing qui a propulsé le groupe en tête de tous les charts mondiaux avec l’album Brothers in Arms .
L’arrangement 2019 est proche de la version studio de 1985, un duel Batterie/percus,

Guy Flectcher sur les choeurs remplace Sting (qui a du être retenu par la Police) et évidement Tom Walsh et Graeme Blevins toujours aux cuivres pour doubler Mark et rajouter plus de relief à la chanson (et surtout la sortir de ce son typique des années 80). Ô miracle, Mark arrive à poser son riff sans fausse note !

A noter, pour votre culture personnelle, vous pouvez jeter un oeil (et même les deux… vous allez voir, on lit beaucoup mieux) sur l’excellent article de Jean-François Convert, vous serez incollable sur Money For Nothing. Interro écrite, je relève les copies dans 2 heures !

Anecdote : En fin de concert, pendant les salutations de circonstances Mark pointe son doigt en direction des loges vers…. John illsley !
Est-ce un signe pour lui dire « toi, mon ptit bonhomme, on se retrouve en duo à St Julien le 14 juillet prochain » ? L’avenir nous le dira…..

Encore une fois, un concert sans guest sur scène, uniquement en salle. mais un concert qui restera bien gravé dans tous les esprits présents ce soir-là. Surement un des meilleurs de la tournée… qu’on n’aura même pas en soundboard faute d’accord financier avec la salle.

Le doigt de dieu
Mark Knopfler – Londres, Royal Albert Hall, 22 mai 2019

Prochain live report : Resorts World Arena de Birmingham,
On va quitter le confort de cette salle londonienne pour une grosse arena pas très intimiste mais qui a toujours très bien réussi à Mark….

Standing ovation après Going Home
Pas trop dur, la fosse était dejà debout !

Galerie photos Mark Knopfler
Londres, Royal Albert Hall, 22 mai 2019

Setlist Mark Knopfler
Londres, Royal Albert Hall, 22 mai 2019

  1. Why Aye Man
  2. Corned Beef City
  3. Sailing to Philadelphia
  4. Once Upon a Time in the West
  5. Romeo and Juliet
  6. My Bacon Roll
  7. Matchstick Man
  8. Done With Bonaparte
  9. Heart Full of Holes
  10. She’s Gone
  11. Your Latest Trick
  12. Postcards From Paraguay
  13. On Every Street
  14. Speedway at Nazareth
  15. Money for Nothing
  16. Brothers in Arms
  17. Going Home: Theme From Local Hero

Lineup Mark Knopfler
Londres, Royal Albert Hall, 22 mai 2019

  • Mark Knopfler : Guitare & voix
  • Guy Fletcher : Claviers, guitare, backing vocal
  • Richard Bennett : Guitare et mandoline
  • Jim Cox : Piano & accordéon
  • Graeme Blevins : Saxophone et autres instruments à vent
  • Tom Walsh : Trompette,
  • John McCusker : Violon, mandoline
  • Mike McGoldrick : Cornemuse et d’autres instruments bizarres
  • Glenn Worf : basse
  • Ian ‘Ianto’ Thomas : Batterie
  • Danny Cummings : Percussions

Tout le monde en parle :

Autres articles I-Was-There :



A propos de ce blog

Vous aimez les guitares, les cheveux longs et la sueur de la fosse, ce blog est fait pour vous.

Notre mission : vous faire (re)vivre les concerts auxquels on assiste. Et ne comptez pas sur nous pour brosser les métalleux dans le sens des poils, chez I WAS THERE, on n'est pas des vendus, on paie nos places.

Ce site est aussi le votre, si vous avez des photos, des commentaires ou des liens à partager : n'hésitez pas !

Étiquettes

Elian Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image